fermerEn poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour faciliter votre visite et nous permettre de réaliser des statistiques. En savoir plus
Partenaire olympique

Actualités des coachs

Football : Didier Deschamps, un coach efficace ?

Le 10 octobre 2017

© AP Photo/SIPA

La victoire de l’Equipe de France en Bulgarie samedi dernier était indispensable pour avoir son destin en main pour se qualifier à la Coupe du Monde 2018. C’est chose faite : reste encore à affronter ce soir la Biélorussie pour valider le billet. Mais, entre résultats et beau jeu, quels sont les choix du coach Didier Deschamps ?

Le résultat avant tout

Dans l’éternel débat qui agite le sport français entre le fond et la forme, entre ce qui doit prédominer entre le résultat d’une performance et son contenu, Didier Deschamps s’est toujours positionné comme un partisan du résultat. En tant que joueur, il n’était pas le joueur le plus talentueux mais il était indispensable à l’équipe, effectuait le travail obscur, ratissait les ballons pour les donner aux artistes comme Zinedine Zidane, qui était toujours bien placé sur le terrain. Didier Deschamps était déjà partisan d’une équipe avec une grosse assise défensive, comme le fut l’Équipe de France championne du monde en 1998 dont il était le capitaine. Comme entraîneur, il s’est, dès le départ, positionné comme un adepte de la recherche de l’efficacité avant la quête de style. Et c’est du reste ce qui l’a conduit à la tête de l’Équipe de France : un joueur qui gagnait est devenu un entraîneur qui gagne. Que ce soit avec la Juventus de Turin, avec l’AS Monaco, avec l’Olympique de Marseille… C’est également le cas avec l’Équipe de France puisque le succès de samedi soir en Bulgarie fait de lui le sélectionneur avec le plus de victoires à la tête des Bleus. À ce poste, depuis l’été 2012, Didier Deschamps comptabilise 42 victoires, soit une de plus que Michel Hidalgo (1976-1984) et Raymond Domenech (2004-2010) ; et plus encore que Aimé Jacquet (1988-1994), et Roger Lemerre (1998-2002) avec 34 victoires.

Un coach pas si conservateur

La victoire est tout ce qui importe à Didier Deschamps. C’est notamment pour cela qu’on le dit conservateur dans sa manière de gérer un groupe. Il fait confiance aux joueurs qui lui ont donné satisfaction. C’est ainsi qu’il a rappelé pour ces derniers matchs de qualification Dimitri Payet et Moussa Sissoko, alors que depuis quelques mois de jeunes talents émergent dans différents clubs. Toutefois, face aux Pays-Bas, le coach a montré qu’il n’était pas figé sur ses positions en faisant jouer avec grand succès des jeunes comme Kingsley Coman ou Thomas Lemar. De la même manière, face à la Bulgarie, il n’a pas hésité à modifier son schéma de jeu pour introduire un 4-3-3 afin de densifier le milieu de terrain, parier sur la mobilité et laisser justement plus de liberté à Kylian Mbappé. Cela n’a pas été productif sur la qualité du jeu mais la France a quand même gagné ce match si important.

Un manque de style

Les supporters commencent malgré tout à s’inquiéter après la pauvreté du jeu produit en Bulgarie et le match nul historique face au Luxembourg. Pendant ce temps, l’Espagne ou l’Allemagne, par exemple, montrent un football attrayant tout en étant très efficace. La mission de Didier Deschamps est de qualifier l’Équipe de France pour la Coupe du Monde en Russie et il n’y a plus qu’un match face à la Biélorussie pour atteindre ce but. Il sera temps, ensuite, pour Didier Deschamps de répondre à la question du style. Car aujourd’hui, bien malin qui peut dire comment joue l’Équipe de France. Nombre d’observateurs font remarquer que, d’un point de vue offensif, elle possède un potentiel rare sur la planète football. Compte tenu de ce constat, il faut mettre une autre statistique de Didier Deschamps en perspective : son ratio matchs disputés, victoires obtenues. Et là, son bilan est nettement moins bon. Il n’arrive qu’en quatrième position des sélectionneurs avec 61,76 % de victoires. Loin derrière Jacques Santini avec 78,57 %, Aimé Jacquet avec 64,15 % et Roger Lemerre avec 64,15 %. Des chiffres que l’on espère voir en forte progression lors de la Coupe du Monde si la France se qualifie.

Tags : , , , ,

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

envoyer à un ami imprimer