fermerEn poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour faciliter votre visite et nous permettre de réaliser des statistiques. En savoir plus
Partenaire olympique

Actualités des coachs

Tennis : pourquoi c’est aussi la victoire du coach Yannick Noah

Le 27 novembre 2017

Yannick Noah

La France a remporté face à la Belgique sa 10e Coupe Davis dans le stade Pierre Mauroy à Lille. Une victoire qui est aussi celle du coach.

Une préparation réussie

Une finale se gagne souvent dans la semaine qui précède la rencontre. Cela avait déjà été le cas en 1991. L’Équipe de France avait effectué un stage à Montreux où le coach Yannick Noah était parvenu à sublimer, sur le plan physique mais surtout psychologique, Guy Forget et Henri Leconte. Ces derniers avaient ainsi réussi à battre les Américains bien plus forts qu’eux sur le papier. Cette fois-ci, l’histoire est différente. Les Français ont effectué une préparation très sérieuse durant laquelle les joueurs ont beaucoup travaillé physiquement. Mais Yannick Noah a su trouver des moments de rupture avec des footings, à la nuit tombée dans la ville, ou des séances de yoga. C’est ainsi que Richard Gasquet est revenu à son meilleur niveau, ce qui fut déterminant dans le double. Pierre-Hugues Herbert ressentait une douleur au dos après le Masters, il s’est remis d’aplomb durant cette préparation. Surtout, durant cette semaine, l’Équipe de France a fait corps et Yannick Noah a ainsi retrouvé ses capacités de rassembleur, de meneur.

Une sélection personnelle

Yannick Noah a réalisé une sélection très personnelle. Il a fait de vrais choix. D’abord, il n’a pas sélectionné Julien Benneteau qui avait pourtant brillé à Bercy, et a choisi Richard Gasquet qui revenait de loin. Il a aussi écarté Nicolas Mahut, un des meilleurs joueurs du monde et coéquipier exemplaire. La composition du double fut sans conteste un choix audacieux. Une vraie prise de risque. Il est certain que si cela n’avait pas fonctionné, Yannick Noah aurait dû rendre des comptes sur le duo Richard Gasquet / Pierre-Hugues Herbert pour jouer le double alors qu’ils n’avaient jusqu’ici jamais évolué ensemble. Au vu des entraînements, Yannick Noah a au contraire jugé qu’ils avaient un jeu très complémentaire. Leur victoire, certes dans la difficulté, lui a donné raison. Enfin, il a maintenu son choix pour le dernier simple. Malgré son jeune âge, Yannick Noah a donné sa confiance à Lucas Pouille, alors que certains estimaient que Richard Gasquet, avec sa plus grande expérience, était plus à même de donner le dernier point à l’Équipe de France. Là encore, les faits ont largement donné raison au coach.

Un capitaine enthousiaste

Cela a toujours constitué la grande qualité du coach Yannick Noah : transmettre son énergie positive. On l’a vu particulièrement dans le double. Ainsi au début du 3e set, lorsque la situation est devenue problématique pour l’Équipe de France, Yannick Noah s’est levé pour aller chercher le soutien du public. Il a senti que ses joueurs en avaient besoin. Au changement de côté, il soutenait Pierre-Hugues Herbert et laissait Richard Gasquet tranquille dans ses rituels. En coulisse, il a tout donné pour maintenir vivante la cohésion du groupe. Il a fait de cette finale de sport individuel, un vrai match d’équipe. Durant ces quinze jours, il a transmis énormément d’énergie. Lors de la conférence de presse, on a senti l’émotion que cela avait pu susciter. « Je suis fier d’être au milieu de ces mecs » a-t-il dit, « il y a eu beaucoup de pleurs, beaucoup d’émotions, je n’ai jamais parlé autant à des êtres humains… Il a fallu faire face à toute cette adversité. » Mais voilà, à la fin, c’est encore Yannick Noah qui gagne. Pour la 3e fois, après 1991 et 1996, il rapporte le saladier d’argent à la France.

Tags : , , , , , , ,

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

envoyer à un ami imprimer