Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Jeux Olympiques

Canicule olympique

07/08/2018
Tokyo
Les fortes chaleurs que l’on rencontre cet été inquiètent les organisateurs des futurs Jeux Olympiques en 2020.

Jusqu’à 40°…

La lourde chaleur qui recouvre la France pose problème à tous ceux qui pratiquent leur sport cet été. Mais ce qui n’est qu’une gêne occasionnelle pour les athlètes amateurs en vacances pourrait devenir un vrai problème pour les athlètes olympiques. En effet, la canicule qui a touché la France ces dernières semaines n’est rien en regard de celle qui s’est abattue sur le Japon. À Tokyo, les températures ont atteint les 40°, avec un taux d’humidité allant jusqu’à 80 %. Une chaleur étouffante qui a provoqué le décès de 80 personnes et l’hospitalisation de quelques 35 000 autres, impactées par ces fortes températures. Et l’on sait qu’avec le réchauffement climatique, les choses ne vont pas aller en s’améliorant.
Or les Jeux Olympiques de 2020 se dérouleront bien en plein cœur de l’été à Tokyo, exactement du 24 juillet au 9 août. Une période qui n’est vraiment pas propice en termes de climat à la pratique du sport. C’est d’ailleurs pour cela que les précédents Jeux Olympiques qui s’étaient disputés dans la capitale nippone en 1964 avaient été repoussés au mois d’octobre. À noter que certaines disciplines sont plus concernées que d’autres.

La question du marathon

On pense bien évidemment au marathon. Courir par 40° pourrait mettre la vie des athlètes en danger. L’une des solutions serait de les faire courir très tôt le matin ou bien très tard le soir. Le marathon lors des Jeux de Rome en 1960 avait été couru de nuit et l’on se souvient de l’arrivée grandiose du vainqueur, l’Ethiopien Abebe Bikila, à la lueur des torches. On évoque aussi la possibilité de décentraliser l’épreuve et de faire courir le marathon dans l’île de Hokkaido, située beaucoup plus au nord et donc moins sujette à ces température extrême. La route du parcours devrait être traitée avec un revêtement spécial qui absorbera la chaleur. Et des brumisateurs seront placés sur l’ensemble du marathon. C’est une question cruciale en raison de l’immense popularité du marathon au Japon.
Des mesures similaires seront prises pour toutes les épreuves qui posent problèmes. Yuriko Koike, la gouverneure de la capitale japonaise, a assuré que les organisateurs allaient réfléchir à tout un tas de mesures pour prévenir les conséquences des fortes chaleurs prévisibles durant les Jeux.

S’abonner à la newsletter