Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Football

Football : Thierry Henry comme coach à Bordeaux, un échec utile ?

05/09/2018
Thierry Henry a été tout proche de venir entraîner Bordeaux avant que les tractations ne capotent. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour lui et pour le club ? Débat.

C’est dommage que Thierry Henry n’entraîne pas Bordeaux

Pour le club : Tous les amateurs de football se réjouissaient de voir Thierry Henry, l’un des plus grands joueurs du football français, devenir coach des Girondins de Bordeaux. Cela aurait constitué une vraie attraction d’assister aux débuts de coach de cet ancien grand joueur. Plaçant le club bordelais en pleine lumière, lui qui depuis quelques années est passé au second rang derrière des clubs désormais beaucoup plus médiatisés comme l’OM, le PSG, Monaco, Lyon… Sportivement, Thierry Henry serait peut-être parvenu à hisser le club parmi les ténors du championnat. Pas forcément cette saison, mais sur la durée en faisant venir de bons joueurs grâce à son nom.

Pour lui : Thierry Henry cherche un club pour se lancer dans la carrière d’entraîneur. Son statut fait qu’il ne peut pas débuter dans un club anonyme. Commencer dans un grand club a ses avantages mais aussi ses contraintes. Les grandes écuries ne laissent pas de temps aux entraîneurs qui doivent immédiatement obtenir des résultats. Ce n’est pas l’idéal pour un jeune entraîneur d’être ainsi directement sous pression. Bordeaux pouvait en cela constituer le bon compromis.

C’est une bonne chose que Thierry Henry ne vienne pas à Bordeaux

Pour le club : Bordeaux connaît une passe difficile. Le départ de son coach, l’Uruguayen Gustavo Poyet, en tout début de saison, place le club dans une situation compliquée. Pour gérer cela, il faut un coach d’expérience. Ceux qui sont parvenus à redresser ce genre de situation ont toujours été des entraîneurs chevronnés capables d’actionner très vite les bons leviers. Or, Thierry Henry n’a aucune expérience d’entraîneur de club. Il lui aurait donc fallu du temps pour prendre la mesure de l’effectif, du club, de l’environnement. Mais du temps, les Girondins n’en disposent pas. Thierry Henry ne correspondait donc pas au bon profil eu égard à la situation actuelle du club.

Pour lui : Il est toujours difficile de se lancer dans la carrière d’entraîneur et plus encore quand on a été un grand joueur. Vos débuts sont scrutés, chaque décision est discutée. Le choix du premier club est donc crucial. À Bordeaux, il serait arrivé dans un club qui se trouve dans une situation difficile et avec un effectif qu’il n’a pas choisi. De plus, le prochain propriétaire du club n’étant pas très favorable à sa venue, il aurait eu peu de marge de manœuvre.
On se souvient que les Girondins avaient déjà proposé à Zinédine Zidane de commencer sa carrière de coach de club avec eux et il avait finalement refusé pour ces raisons-là. Thierry Henry a un peu le profil de Zinédine Zidane comme coach, c’est-à-dire celui d’un entraîneur ayant la capacité de gérer des grands joueurs qui écoutent plus facilement des entraîneurs qui ont connu le très haut niveau en tant que joueur. C’est ainsi que Zinédine Zidane a réussi au Real Madrid. C’est davantage ce profil de club qui siérait à Thierry Henry. Mais, ils sont très difficiles à trouver. On suppose qu’il aurait aimé entraîner Arsenal par exemple… Ou bien l’option d’une équipe nationale pourrait aussi lui correspondre dans la mesure où il s’agit davantage d’un travail de management que de programme d’entraînement, de programmation d’une saison. Si bien que le poste qu’il va occuper, entraîneur adjoint de la sélection belge, est une très bonne chose. Il progresse dans la hiérarchie de l’encadrement de cette équipe par rapport à la Coupe du Monde, et va ainsi avoir encore plus d’influence. Et enfin, il va continuer son apprentissage du métier.

S’abonner à la newsletter