Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Rugby

Rugby : les quatre défis de Jacques Brunel

08/11/2018
Crédit photo : Kieran McManus/BPI/REX/Shutterstock (9469377f)
Le XV de France s’apprête à disputer la Tournée de novembre 2018, qui s’annonce rude. Les joueurs de Jacques Brunel commencent par un test face à l’Afrique du Sud samedi au Stade de France, suivi de rencontres contre l’Argentine et les Fidji. Le coach du XV de France a plusieurs problèmes à régler.

1. Le jeu de mouvement

C’est la constante du rugby moderne. Le vainqueur de la prochaine Coupe du Monde qui se profile au Japon l’année prochaine proposera un rugby ambitieux avec beaucoup de mouvement. Le handicap majeur pour les joueurs du XV de France, c’est que le TOP 14 ne les prépare pas du tout à ce type de rugby. Le championnat de France, avec ses luttes acharnées chaque week-end, est davantage un rugby de confrontation, de combat. C’est un problème récurrent du rugby français.

2. L’intensité

Conséquence directe du jeu de confrontation, les joueurs français ont du mal à soutenir la cadence du rugby international. On l’a vu lors de la tournée estivale en Nouvelle-Zélande : le XV de France tient une mi-temps avant de se faire déborder par les vagues de son adversaire — en l’occurrence cet été les All Blacks, qui ont gagné largement les trois matchs. Le XV de France a pris deux tiers de ses essais en 2e mi-temps. À leur décharge, les joueurs étaient fatigués par une longue saison. Là, ils sont plus frais mais il va falloir absolument qu’ils parviennent à répéter les efforts intenses en fin de match. C’est certainement le défi majeur du XV de France et de son staff.

3. La conquête

La mêlée et la touche appartiennent à ce qu’on appelle les fondamentaux du rugby. Ce sont les phases de jeu où il s’agit de conquérir le ballon. Si la mêlée est un bien historique du rugby français, l’Équipe de France a montré cet été face aux Néo-zélandais des difficultés en touche. C’est l’une des interrogations du match face aux Sud-africains : le XV de France aura-t-il réglé ce problème majeur ? C’est Julien Bonnaire qui est l’entraîneur chargé de ce secteur. Compte tenu de la science de la touche dont il faisait preuve quand il était joueur, on peut lui faire toute confiance pour corriger le tir. Il pourra compter sur le terrain avec l’expérimenté Yoann Maestri.

4. Une équipe stable

Les défaites et les problèmes de blessure accumulés par l’Équipe de France n’ont pas arrangé la situation. Mais à un an de la Coupe du Monde, il devient urgent que Jacques Brunel et son staff parviennent à définir une ossature stable au XV de France. Il faut que les joueurs, notamment aux postes importants, prennent des automatismes individuels et collectifs. Or, jusqu’ici, à part le capitaine et talonneur Guilhem Guirado et le 2e ligne Sébastien Vahaamahina, aucun autre joueur ne semble certain d’être titulaire. C’est un vrai problème et notamment pour la charnière. Il est indispensable que le demi de mêlée et le demi d’ouverture jouent ensemble sur la durée avant la Coupe du Monde. Jacques Brunel semblait s’orienter vers une charnière Morgan Parra – Camille Lopez, mais le Clermontois s’est malheureusement blessé. La complicité entre le troisième ligne centre et le demi de mêlée est également importante. Louis Picamoles, après avoir boudé le XV de France, revient comme titulaire. Jacques Brunel va-t-il l’installer durablement ? Bref, cette tournée va livrer des réponses pour le staff du XV de France déterminantes dans l’optique de la future Coupe du Monde.

S’abonner à la newsletter