Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Golf

Mes 5 clés pour bien débuter une collaboration

Olivier Léglise
Coach de golf
Olivier Léglise, Golf - Mes 5 clés pour bien débuter une collaboration
« Un chemin long, difficile, semé d’embûches afin qu’au final, le joueur n’ait pas grand-chose à penser… Que jouer son coup, pour gagner ! »

Olivier Léglise, entraîneur national de golf, a confié à Votre Coach by Groupe BPCE les cinq clés qui, pour lui, sont incontournables pour bien démarrer une collaboration avec un joueur : confiance, objectifs, organisation, communication et persévérance.

Retrouvez ci-dessous, pour chacune des clés, l’analyse plus détaillée d’Olivier, transposable d’ailleurs à de très nombreux sports.

1- Installer une relation de confiance réciproque

Bien sûr, lorsqu’un joueur se rapproche d’un entraîneur, cela témoigne d’une confiance en ses compétences. Seulement la réciproque n’est pas aussi naturelle et, le travail s’annonçant exigeant, notamment sur le plan mental, le coach doit tout de suite s’assurer de la motivation de son athlète, de sa fiabilité dans la durée… En clair, qu’il y ait une volonté commune d’aller ensemble ! Une fois cette « confiance réciproque » établie, il est alors essentiel, pour le coach, de l’entretenir au quotidien en témoignant d’une grande écoute, d’une solide attention, afin que son joueur se sente compris. Mon plan de travail, par exemple, doit être du sur-mesure pour chaque joueur (adapté à son niveau du joueur, à sa personnalité, à son humeur). La confiance, elle est partout… et  pas forcément consciente.

2- Fixer des objectifs clairs

C’est une étape fondamentale, car elle permet d’entrer dans le vif du sujet et d’enclencher un réel plan de travail avec un fil conducteur… en clair, du sens ! Ces objectifs de résultats concernent davantage le joueur que l’entraîneur, mais ce dernier doit veiller à ce qu’ils ne soient pas trop modestes –il faut de l’ambition quand on est compétiteur-, qu’ils ne soient pas trop éloignés dans le temps, non plus… Moi, je fixe plutôt des objectifs à court terme, palpables, mesurables, afin de mettre le joueur dans la réussite et j’ajoute très progressivement les difficultés pour augmenter son capital « compétences ». N’oublions pas qu’au dernier jour du tournoi, quand il faut jouer pour la victoire –on ne pense qu’à cela !-, le joueur est seul. Sa confiance en lui sera donc décisive.

3- Créer une organisation efficace

Pour un joueur, le « cadre » est très important et il doit s’y sentir bien. Mon cadre s’articule autour de trois grands sujets : la compréhension technique du golf qui est un sport mécanique complexe, la structuration des entrainements pour savoir où nous allons et enfin la préparation à la compétition.

En période de tournoi comme d’entraînement, plusieurs intervenants (ostéopathe, préparateur mental, préparateur physique…) sont amenés à graviter autour du joueur. Si lui et moi devons donc soigneusement les choisir, il est absolument nécessaire ensuite de fixer avec eux une structure de travail claire, précise. L’entraîneur se mue alors en chef d’orchestre en veillant à ce que chacun soit à sa place…et reste à sa place ! Dès qu’un intervenant s’écarte de son champ d’action, sort du cadre, il fragilise l’ensemble et, in fine, la réussite du joueur ! Quand ils sont avec mon athlète, tous doivent donc m’informer en temps réel de leur travail, de leurs difficultés, des progrès qu’ils constatent aussi… Les nouveaux moyens de communication sont une aide formidable à ce niveau !

4- Chasser les non-dits

Au fil des années, j’ai pu mesurer combien il était essentiel de se dire clairement les choses pour avancer. Seul avec mon athlète lors d’échanges plus ou moins informels, comme lors des réunions que j’organise une à deux fois par an avec tous les intervenants. Qu’il y ait dans une collaboration des moments difficiles, d’échec même, c’est normal, voire nécessaire… à condition de savoir briser les non-dits, de ne pas garder les incompréhensions, les frustrations pour soi. L’entraîneur ne doit pas hésiter à avouer qu’il s’est trompé par exemple, l’athlète doit sentir suffisamment de bienveillance à son égard pour exposer d’éventuels problèmes privés, une pause dans la collaboration peut même être décidée… Toujours crever les abcès ; sinon, on ne peut plus avancer !

5- Persévérer dans le travail

Une carrière de golf peut s’étendre sur vingt ans, ce n’est pas rien ; or j’ai rarement vu des génies du golf s’exprimer aussi longtemps sans que leur don ne soit accompagné d’un énorme travail et d’une forte persévérance. Je crois d’ailleurs beaucoup plus à cette dernière notion qu’au talent pur. Vraiment, le talent qui m’intéresse, et le plus beau, c’est d’ « avoir envie » car il est intimement lié à la motivation… c’est là, qu’on va pouvoir construire avec un joueur « moteur », capable de désapprendre un coup et de bosser des semaines et des semaines pour le réapprendre jusqu’à se le réapproprier. L’exemple de Miguel Jimenez est révélateur : sans « talents particuliers » mais à force de travail et de volonté, il est devenu un des meilleurs joueurs européens de son époque ! Si l’athlète accepte la contrainte, c’est parce que celle-ci est moindre que sa motivation de réussir. Vraiment, voilà une clé fondamentale, celle aussi sur laquelle le coach a le moins d’influence…

S’abonner à la newsletter