Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Bien-être

Arrêter l’alcool pendant un mois : quels effets ?

Ne plus consommer d’alcool pendant un mois : quelles conséquences sur votre corps ?

La mode du « dry January»

De plus en plus de personnes prennent la décision après l’été durant lequel elles se sont autorisées quelques apéros qui s’éternisent, d’arrêter de boire de l’alcool pendant une période donnée. Souvent un mois. Cette habitude de jeûne après l’été s’inscrit dans une vieille tradition, notamment dans les régions viticoles où les habitants effectuaient naguère une cure uvale, c’est-à-dire qu’ils ne se nourrissaient que du raisin des vendanges pour se purger. Les Anglo-Saxons, eux, ont pour habitude de réaliser cette opération en janvier après les fêtes de fin d’année. Ils appellent cela le « dry January ».
Mais arrêter ainsi de consommer de l’alcool a-t-il un effet sur le corps et l’esprit ? Il y a cinq ans, en janvier 2013, dix journalistes du magazine scientifique anglais « New Scientist » avaient ainsi cessé de consommer de l’alcool pendant cinq semaines, sous le contrôle des chercheurs de l’Institut du foie et de la santé digestive du département médical de l’Université londonienne UCL. Pour avoir un groupe comparatif, quatre de leurs collègues avaient, quant à eux, continué à boire de l’alcool. La norme de consommation pour ces journalistes de « New Scientist » variait de une bière par jour pour certains à huit bières pour d’autres.

Des résultats probants et pourtant…

Les résultats de l’étude ont montré que les graisses du foie, précurseurs de lésions hépatiques, avaient diminué de 15 % à 20 % pour les sujets abstenants et que le taux de glucose sanguin de ces derniers — un facteur clé dans les risques de diabète — avait baissé de 16 %.
Outre les effets physiologiques, on constate, avec l’arrêt de la consommation d’alcool, une meilleure qualité du sommeil et une peau plus éclatante au bout d’un mois d’abstinence.
Une autre étude avait été menée par la même célèbre université anglaise UCL, mais cette fois sur 102 sujets ayant stoppé la prise d’alcool pendant un mois. Là, les résultats ont été encore plus spectaculaires puisque le taux de graisse au niveau du foie avait diminué de 40 %. La résistance à l’insuline, indicateur de risque de diabète, avait baissé de 28 %. Enfin, leur tension artérielle avait aussi diminué.
La mauvaise nouvelle, c’est que ces baisses significatives ne durent pas dans le temps. Dès que les sujets reprennent de l’alcool , les taux remontent. Toutefois, ces études montrent surtout combien, a contrario, l’alcool a des effets délétères sur la santé. Cet arrêt, même d’un mois, peut aider à en prendre conscience. Les personnes auront mieux dormi, elles auront vu les effets sur leur peau et sur leur concentration… Cela peut donc les inciter – au moins – à limiter leur consommation. Ce qui aura un vrai effet bénéfique sur leur santé.

S’abonner à la newsletter