Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Tendance

Le sport entre collègues a la cote

L’activité physique et sportive en entreprise se développe de plus en plus. Explications.

Des championnats du monde du sport en entreprise…

En mai dernier se sont tenus à La Baule les Mondiaux du Sport en Entreprise, qui ont rassemblé 5 000 participants venus de 47 pays. Ils se sont affrontés dans plus de 30 disciplines. Un succès symptomatique de l’essor du sport en entreprise. De plus en plus de personnes prennent goût à faire du sport avec leurs collègues de bureau. La Fédération Française du Sport en Entreprise (FFSE), qui a organisé ces Mondiaux, voit ses effectifs grandir chaque année. « Nous avons quelque 2 000 membres référencés, des entreprises, des comités d’entreprise, des associations, des mutuelles, des collectivités territoriales… et 45 000 licenciés » détaille Frédéric Delannoy, DTN de la fédération. Même si on est encore loin de la Chine dont la même fédération rassemble 200 millions de membres ou bien celle de la Norvège qui est l’une des plus importantes du pays. « Depuis deux ans, on sent un vrai mouvement » note Frédéric Delannoy. Pour exemple, le Groupe BPCE compte 3 200 employés salariés qui vont pratiquer du sport entre collègues. « Nous avons deux objectifs, poursuit-il, le développement de l’activité physique et sportive pour le bien-être des salariés mais aussi celui de contribuer à la performance des entreprises. L’activité physique peut aider au management, à la communication interne mais aussi à faire baisser l’absentéisme au travail ». Des études montrent en effet un lien clair entre l’activité physique en entreprise et le niveau d’absentéisme des salariés.

De nouvelles rencontres et plus de femmes

Pour autant, a-t-on envie de faire du sport avec des personnes que l’on fréquente déjà toute la journée au bureau ? À noter cependant que, très souvent, cela permet de faire connaissance avec des collègues d’autres directions, départements… que l’on aurait peu de chance de rencontrer au quotidien, c’est donc aussi un bon moyen de faciliter la communication au sein de l’entreprise. Certains pourraient être plus enclins à rencontrer d’autres personnes plutôt que de croiser leur chef de service en short sur un terrain de foot. « Effectivement, cela dépend des personnes, souligne Frédéric Delannoy, mais le sport peut aussi être un endroit idéal pour établir une communication différente, créer des liens avec les personnes de son travail et se connaître autrement que dans le cadre du travail. Cela peut permettre de dénouer des situations, de parler de manière plus détendue ». Mais la situation inverse peut également se produire : une bonne relation de travail peut se compliquer à cause d’un match de foot qui aurait mal tourné ou d’un match de tennis gâché par des points litigieux.. « C’est vrai, convient Frédéric Delannoy, ce n’est pas la nature de l’activité qui compte, mais la manière de la diriger et les conditions dans lesquelles on la pratique. Même dans les grands clubs, on sait que l’entente entre les joueurs est parfois difficile ». Disputer un match de basket entre collègues n’est pas l’assurance d’arriver à une bonne ambiance au sein de l’équipe. Aussi, l’atmosphère qui prévaut à l’organisation des activités est prépondérante pour que cela se passe bien. « C’est pourquoi on assure des conseils aux coachs qui interviennent en entreprise » explique le DTN de la FFSE.
Autre point très positif, la population des sportifs en entreprise est très féminine. « Parce que, malheureusement, les femmes ont encore à supporter beaucoup d’activités au domicile, explique Frédéric Delannoy. L’entreprise permet ainsi d’offrir un espace pour faire du sport, notamment sur le temps médian. Alors qu’il y a moins de 30 % de licenciées femmes dans les fédérations, nous en avons, sur certaines activités en entreprise, plus de 90 %… » Une dynamique qui va dans le sens de la féminisation du sport sur le plan sociétal.

Palmarès 2018 des Mondiaux du sport d’en entreprise (de La Baule)

1- France : 378 médailles (103 or, 131 argent, 144 bronze)
2- Allemagne : 210 médailles (85 or, 63 argent, 62 bronze)
3- Iran : 31 médailles (18 or, 8 argent, 5 bronze)
4- Israël : 29 médailles (18 or, 7 argent, 4 bronze)
5- Norvège : 33 médailles (13 or, 12 argent, 8 bronze)

Le podium des entreprises

1- VEOLIA (France) : 112 médailles : 47 en or, 28 en argent et 37 en bronze.
2- COMMERZBANK (Allemagne) : 40 médailles : 24 en or, 9 en argent et 7 en bronze.
3- HAPOEL (Israël) : 29 médailles : 18 en or, 7 en argent et 4 en bronze.

S’abonner à la newsletter