Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Tendance

Le surf aux Jeux Olympiques, c’est parti !

Le surf, nouvelle discipline olympique
Le surf sera l’une des nouvelles disciplines olympiques des Jeux de Tokyo en 2020. Voici comment ce sport pratiqué au cœur de l’été va intégrer les JO.

Cinq épreuves

Sur décision du Comité International Olympique, cinq sports feront leur entrée aux JO de Tokyo en 2020. Il s’agit du karaté, de l’escalade, du skateboard, du baseball/softball et du surf. Ce dernier est certainement le plus étonnant des nouvelles disciplines olympiques. D’abord, parce qu’il existe peu de lieux sur la planète où l’on peut pratiquer cette discipline : le pays organisateur doit non seulement disposer d’un accès à la mer, mais aussi de spots avec des vagues suffisantes pour pouvoir organiser une épreuve de surf. Il y a eu beaucoup de discussions pour savoir à quel endroit au Japon se disputerait la première session de surf de l’histoire des Jeux Olympiques. On a longtemps pensé qu’elle aurait lieu dans une grande piscine à vagues car l’été, période des Jeux, est peu propice à la pratique du surf au Japon. Finalement, les organisateurs, ont décidé que les épreuves auraient lieu sur le site de Tsurigasaki Beach au bord du Pacifique. Ce spot, situé à environ 60 km au sud de Tokyo, a déjà accueilli des compétitions de surf. L’épreuve aura une fenêtre d’un peu plus de quinze jours du 24 juillet au 9 août 2020.

Plusieurs spots français

La France n’a pas de souci à se faire. Au contraire, elle dispose de formidables spots de surf. Et l’on sait que les trois principaux, à savoir Hossegor, Lacanau et Biarritz, sont en campagne pour accueillir les Jeux Olympiques.

Les critères de sélection

La difficulté à l’introduction d’une nouvelle discipline consiste à définir d’abord les critères d’éligibilité et ensuite les modalités de qualification. En effet, les critères d’éligibilité pour participer aux Jeux Olympiques ne sont pas les mêmes que pour participer aux Championnats du Monde de surf. Par exemple, les Tahitiens, qui sont très forts en surf – et pour cause, Tahiti est un vrai spot – ne pourront pas concourir pour Tahiti, comme d’habitude dans les compétitions de surf, mais concourront pour la France.

Les épreuves seront à parité. Vingt hommes et vingt femmes se disputeront les deux titres olympiques. Un maximum de deux athlètes par genre sera autorisé par le Comité National Olympique. Seul le Japon est certain de compter un concurrent. Les autres pays devront gagner leur place dans deux grandes épreuves. Il s’agira des ISA World Surfing Games 2019 et 2020. Seront éligibles les quatre premiers hommes et les six premières femmes. À noter que le meilleur homme et la meilleure femme originaires d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie seront aussi éligibles. L’autre épreuve qualificative sera le Championship Tour 2019 de la WSL. Dans ce cas, ce seront les dix premiers hommes et les huit premières femmes qui seront éligibles. Enfin, le premier homme et la première femme des Jeux Panaméricains 2019 seront également sélectionnables aux JO de Tokyo, ce qui va mettre un coup de projecteur différent de celui des médias sur ces épreuves. Ainsi, les meilleurs surfeurs de la planète seront présents aux Jeux Olympiques.

S’abonner à la newsletter