Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Santé

Lumière et santé : les 4 effets de la luminothérapie

171208_SVS_EffetsLuminotherapie_shutterstock_181680005 - recadré
Depuis le début du siècle dernier, on sait que la lumière a un réel impact sur la santé. À tel point qu’aujourd’hui les soins par la lumière se développent : il s’agit de la luminothérapie. Voici une liste de quelques effets positifs de la lumière. Décryptage.

1) L’influence sur l’humeur

Malgré un niveau de vie appréciable, le nombre élevé de suicides dans les pays nordiques s’expliquerait, selon les scientifiques, par une faible exposition à la lumière. On sait aujourd’hui qu’il y a un lien direct entre la lumière et la dépression. La période hivernale approchant, certains commencent à souffrir d’une perte d’entrain et tombent dans une forme de léthargie. On parle de trouble d’humeur saisonnier et on propose désormais à ces personnes de se soigner par la luminothérapie, c’est-à-dire par une exposition artificielle à la lumière avec des lampes spéciales. Cette action stimule un neurotransmetteur, la sérotonine, présente dans le cerveau et l’intestin, qui intervient dans la digestion mais aussi le stress et l’anxiété.

2) L’impact sur le sommeil

Lorsque qu’au réveil, on ouvre les yeux et que les rayons du soleil percent les volets ou les rideaux, le cerveau reçoit l’information qu’il fait jour par l’intermédiaire d’un photorécepteur, la mélanopsine. C’est ainsi que s’enclenche le cycle de notre horloge interne. Le soir, nos yeux reçoivent moins de lumière et cette obscurité parvient jusqu’au cerceau qui déclenche les « hormones de la nuit » comme la mélatonine. Cette dernière va favoriser le sommeil. C’est pourquoi l’exposition à la lumière le soir, notamment la lumière bleue des écrans de téléphone ou d’ordinateur, va retarder la sécrétion de cette hormone, et donc troubler le sommeil.

3) Les conséquences sur les os

Les rayons ultraviolets, qui ont une longueur d’onde plus courte que les rayons visibles, ne représentent que 5 % du rayonnement du soleil. Ces rayons UV sont classés dans trois catégories en fonction de leur longueur d’onde : les plus longues sont les UV-A, les moyennes sont les UV-B et les UV-C sont les plus courtes. La couche d’ozone absorbe heureusement beaucoup de ces UV et 95 % de ceux qui nous parviennent sont des UV-A. Mais ce sont les UV-B qui assurent la synthèse de la vitamine D. Or, celle-ci est déterminante dans l’absorption du calcium et du phosphore par les intestins. C’est aussi pour cela qu’on les utilise pour lutter contre certaines maladies comme le rachitisme, le psoriasis ou l’eczéma. La carence en vitamine D peut favoriser l’apparition de cancers du sein, de la prostate, de maladies cardio-vasculaires… Et bien entendu de l’ostéoporose.

4) L’action sur notre niveau de concentration

On l’a tous constaté, il est plus difficile de se concentrer dans une pièce faiblement éclairée. C’est simplement que la lumière joue un rôle important dans les tâches cognitives. C’est pour cette raison par exemple que dans les usines on projette des lumières fortes pour améliorer la productivité et diminuer les risques d’accident ou d’erreur. Des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Liège l’ont démontré dans une étude publiée en mars 2014 : « L’importance de la lumière dans les fonctions cognitives ». Ils ont ainsi expérimenté qu’une exposition à une lumière orange une heure avant de réaliser une tâche permettait de mieux la réaliser qu’avec une lumière test. ll est ainsi préférable de travailler à la lumière du jour !

 

S’abonner à la newsletter