Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Tendance

Rentrée : quel sport pour mon enfant ?

Avec la rentrée, le moment est venu de choisir un sport pour votre enfant. Psychologues et médecins sont unanimes pour dire que le sport est excellent pour le développement psychomoteur de l'enfant. Mais entre les différentes disciplines, quel sport choisir, et surtout, lequel va correspondre à la personnalité de votre enfant ? Voici quelques exemples.

Pour un enfant solitaire

Il y a deux sortes d’enfants solitaires : ceux qui le sont par choix et ceux qui le sont par contrainte en général liée à leur timidité. Dans ce cas, la question sera traitée plus loin. Pour les enfants solitaires par choix, ceux soucieux de leur indépendance, qui n’aiment pas forcément la compagnie des autres, qui ne s’y sentent pas à l’aise, il ne faut pas forcément choisir un sport collectif. Ce serait forcer leur nature et risquerait d’être mal ressenti par l’enfant. Il faut donc privilégier les sports individuels afin qu’ils puissent laisser s’épanouir leur personnalité indépendante, mais dans des disciplines qui proposent quelques moments collectifs. Ainsi, l’athlétisme discipline très individuelle où l’on peut pratiquer une épreuve en lien avec sa morphologie, propose une ou deux fois dans l’année une compétition par équipes. Par exemple, les relais pour ceux qui choisissent le sprint. L’escrime permet aussi, dans un sport très individuel où chacun peut développer son imagination et son sens tactique, de faire des compétitions par équipes. Enfin, l’aviron est un sport où l’on exerce son activité seul mais au sein d’un équipage.

Pour les timides

Pour ces enfants qui iraient volontiers jouer avec les autres mais qui ne le font pas par timidité, un sport collectif leur est alors très bénéfique. Ainsi, tous les sports collectifs se valent pour ce qui est du partage, de la solidarité, du sentiment d’appartenance à un groupe. Rugby, volley, handball, basket, football, hockey sur gazon… Après, c’est une affaire d’appétence de l’enfant ou bien de commodité pour les parents, en fonction de la proximité du club.

Pour les enfants complexés par leur corps

Pour les enfants un peu chétifs qui ont peur des contacts ou bien pour ceux qui sont un peu enveloppés, il est un sport adapté à toutes les morphologies et qui va transformer ce que l’enfant ressent comme une faiblesse en force, c’est le rugby. Dans une équipe de rugby, tous les enfants, quelle que soit leur corpulence, ont une place. Et chacun peut ainsi se sentir valorisé : le « petit gros » occupera le poste de pilier et, alors qu’il pouvait être moqué pour sa corpulence dans la cour de l’école, il sera au contraire valorisé sur le terrain de rugby. Il en est de même pour le « grand maigre » qui sera un élément déterminant dans l’équipe comme deuxième ligne, ou pour le « petit chétif » qui se faufilera partout comme demi de mêlée…

Pour les enfants turbulents

On conseille bien souvent aux parents dont les enfants sont agités de s’orienter vers un sport de combat. En effet, dans ces disciplines, les enfants vont apprendre à canaliser leur énergie et ceux qui ont des problèmes avec l’autorité, vont devoir se plier à des règles très strictes. En effet, dans des sports, tels que le judo ou le karaté, les enfants doivent se soumettre aux instructions du « maître », le professeur avec des rituels extrêmement rigoureux. Dès lors, ils vont pouvoir se défouler physiquement et cette énergie débordante qui, jusque-là, leur valait des réprimandes, sera désormais un facteur de réussite et de gratification.

Pour les enfants précoces

Pour les enfants identifiés précoces, l’escrime est une discipline qui correspond à leur spécificité et qui peut ainsi contribuer à les épanouir. C’est une activité physique qui requiert les mêmes aptitudes que les échecs où il faut faire preuve de sens tactique, d’imagination, de sens de l’adaptation, tout en rentrant en connexion avec les autres, puisque c’est un sport d’opposition. Il faut donc prendre en compte l’autre en même temps que l’on développe ses propres capacités.

S’abonner à la newsletter