Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Jeux Olympiques

#10 – Champion olympique et Tarzan…

02/06/2020
L’un des plus grands nageurs de tous les temps, quintuple champion olympique, fut également un mythe de Hollywood. L’histoire de Johnny Weissmuller.

Un champion apatride

Il faut descendre au métro Porte des Lilas. Le prix d’entrée est de 3,50 euros. La piscine Georges Valleret a été entièrement refaite en 1989. Il ne reste plus grand chose du lieu qui accueilli les exploits de Johnny Weissmuller. En effet, ce bassin, connu également sous le nom de la piscine des Tourelles dans le 20e arrondissement de Paris, a accueilli les épreuves de natation des Jeux Olympiques de 1924. Celles-ci resteront parmi les épreuves phares de ces Jeux parisiens qui furent les derniers Jeux Olympiques du Baron de Coubertin à la tête du CIO. Si le Finlandais Paavo Nurmi anima les courses d’athlétisme, c’est un jeune et bel Américain qui va s’avérer la vedette des épreuves de natation. 

Johnny Weissmuller naît aux confins de l’Empire austro-hongrois en 1904, dans ce qui est aujourd’hui les faubourgs de la ville roumaine de Timisoara. Freidorf est alors un village hongrois. La famille de Weissmuller est d’origine allemande et émigre alors pour les États-Unis. Johann Peter Weismuller n’a que sept mois.

À l’âge de neuf ans, on diagnostique à Johann devenu Johnny la poliomyélite. Le médecin préconise alors la pratique de la natation. C’est ainsi que va naître sa vocation. Très vite, il se montre extrêmement doué et accumule les bons résultats jusqu’à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Paris en 1924. Il n’a pas vingt ans. Mais sa sélection pose problème. En effet, lorsqu’est survenue la chute de l’Empire austro-hongrois au terme de la Première Guerre mondiale, la famille Weissmuller est devenue de facto apatride puisque la nationalité austro-hongroise n’existait plus. Seul son jeune frère Peter, né après leur arrivée aux États-Unis, dispose de la nationalité américaine. Dans ces conditions, un apatride ne peut représenter les États-Unis aux Jeux Olympiques. Mais Johnny ne veut manquer cet évènement… Il va pour cela emprunter les papiers de – Peter et ainsi concourir à Paris. Ses résultats durant la compétition vont lui permettre de résoudre ses problèmes de passeport.

La grande course des épreuves de natation en 1924, c’est le 400m nage libre qui a lieu le 16 juillet. Johnny a face à lui deux grands champions, l’Australien Boy Charlton et le Suédois Arne Borg.
Johnny figure lui aussi parmi les favoris. Deux ans plus tôt, il a été le premier homme à descendre sous la minute sur 100m. Le 9 juillet 1922, Johnny Weissmuller avait en effet nagé le 100m nage libre en 58 s 6… C’est ainsi qu’il va empêcher, dans la piscine des Tourelles, Duke Kahanamoku de remporter son troisième titre consécutif sur le 100m nage libre après ses victoires aux Jeux Olympiques de Stockholm en 1912 et d’Anvers en 1920.

Mais c’est donc lors de cette finale du 400m qu’il va se faire un nom en s’imposant sur cette distance au terme d’une course acharnée restée dans les annales, où les trois favoris ont lutté coude à coude jusque dans les ultimes instants. 

Grâce à cet exploit auquel il faudra ajouter le titre du relais 4x200m avec Ralph Beyer, Harry Glancy et Wally O’Connor et record du monde à la clé en 9’53’’4, ainsi qu’une improbable médaille de bronze avec l’Équipe des États-Unis de waterpolo, Johnny obtint enfin la nationalité américaine. Quatre ans plus tard, à Amsterdam, Johnny Weissmuller conserve son titre olympique du 100m nage libre, ainsi que le titre du 4x200m avec l’équipe américaine.

Un cri immensément célèbre

Au soir de sa carrière, Johnny Weissmuller compte donc cinq titres olympiques ainsi que 52 titres de champion des États-Unis et 28 records du monde.Pourtant, si son nom est aujourd’hui encore très célèbre, c’est plutôt en raison de sa reconversion…

Johnny devient en effet en 1929 l’égérie d’une marque de sous-vêtements masculins. Fort de cette exposition, il va tourner dans son premier film « Glorifying the American Girl ». Ce premier rôle lui permet de passer le casting pour incarner à l’écran Tarzan, le héros imaginé par le romancier Edgar Rice Burroughs en 1912. Il est finalement choisi pour ce rôle qui va faire de lui une immense star à travers le monde. Il jouera dans douze films de « Tarzan » dans lesquels les réalisateurs utiliseront sa science de la nage. Mais c’est surtout son célèbre cri qui va le rendre populaire. Sa carrière de « Tarzan » s’achève en 1948. Il n’a plus l’âge du rôle. Johnny Weissmuller incarne alors un autre personnage pas si éloigné de Tarzan puisqu’il s’agit de « Jungle Jim » dont il va tourner pas moins de seize films… Johnny Weissmuller met un terme à sa carrière à Hollywood en 1955. Marié cinq fois, il finira criblé de dettes et rattrapé par la maladie. II sera en effet interné à la fin de son existence dans un hôpital psychiatrique. Il s’éteint le 20 janvier 1984. Il restera à jamais à la fois le « seigneur de la jungle » au cinéma, et pour certains – qui estiment qu’il ne disposait pas d’autant de disciplines en son temps que Marks Spitz ou Michael Phelps – le plus grand nageur de tous les temps.

S’abonner à la newsletter