Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Biathlon

Biathlon : Emilien Jacquelin, du grand art

18/02/2020
Crédit photo : AP Photo/Matthias Schrader/XAF154/20047537252332//2002161601
Emilien Jacquelin s’est adjugé le titre mondial de poursuite au terme d’une course pleine de maîtrise au tir et d’intelligence de course. Un titre qui couronne le travail du staff de l’Équipe de France.

La force collective du biathlon français

Matin Fourcade a franchi la ligne d’arrivée grand sourire et bras en l’air. Il n’était pourtant que 4e de cette poursuite des Championnats du Monde à Antholz-Anterselva en Italie. Mais ce sourire, c’était le bonheur de voir son coéquipier, son copain avec qui il partage la chambre en compétition, Emilien Jacquelin, remporter cette course pour devenir champion du monde de biathlon. C’est la force de l’Équipe de France : ses résultats ne reposent plus seulement sur l’immense talent de Martin Fourcade mais sur une densité globale, exceptionnelle à ce niveau. C’est à mettre bien entendu à l’actif des biathlètes mais cela traduit également la qualité de travail de tout un staff. De Stéphane Bouthiaux, le patron du biathlon français, l’entraîneur Vincent Vittoz, Patrick Favre, l’entraîneur du tir, les techniciens qui préparent les skis…

Alors que Quentin Fillon-Maillet, vice-champion du monde du sprint la veille et toujours leader de la Coupe du Monde, connaissait de grosses difficultés dès le premier tir couché, et que Martin Fourcade manquait ensuite lui aussi un tir debout, c’est Emilien Jacquelin qui prenait le leadership tricolore. À ce moment-là, le sulfureux Russe Alexandr Loginov, champion du monde du sprint la veille, suspendu naguère deux ans pour dopage, menait largement la course sur un train d’enfer. Mais Emilien Jacquelin lui collait aux basques grâce à la maîtrise de son tir.

Séance matinale avec Patrick Favre

Initiative pertinente, il était venu le matin de la course s’entraîner au tir avec l’entraîneur de la discipline Patrick Favre. Celui-ci a beaucoup travaillé de même que Vincent Vittoz afin qu’Emilien Jacquelin soit moins impulsif dans le tir et plus en maîtrise. Ce travail au long cours avec le staff et les conseils du matin de Patrick Favre ont porté ses fruits puisque c’est grâce au tir qu’Emilien Jacquelin va aller chercher ce titre. Son bilan de 20 sur 20 lui permettait en effet de sortir du dernier pas de tir dans les skis du génial norvégien Johannes Boe. Dis-moi qui tu as battu, je te dirai le prix de ta victoire…

Or, face à ce redoutable adversaire, Emilien Jacquelin va effectuer une fin de course incroyable de maîtrise et d’intelligence. Son passé de cycliste l’a beaucoup aidé, lui qui a cumulé jusqu’à ses 17 ans les deux disciplines. Il va contrôler les deux dernières minutes de course comme un pistard. Le Français laissera d’abord Johannes Boe mener pendant un moment, profitant de son aspiration pour ensuite passer devant sans pour autant lui rendre la pareille avant de faire parler son explosivité dans le sprint final. Du grand art à seulement 24 ans. « Depuis que j’ai 5 ans, je rêve d’être champion du monde. Je voulais imiter Raphael Poirée, puis Martin Fourcade » a-t-il déclaré au micro de La Chaîne L’Équipe avant de faire illusion de manière assez émouvante aux sacrifices que demande le sport de haut niveau. « Je ne suis peut-être pas le meilleur fils, le meilleur frère, le meilleur petit copain mais je donne tout pour réussir… » C’était la première course qu’il remportait et l’histoire retiendra que ce fut dans un Championnat du monde dans une course d’anthologie. Trois autres Français ont terminé parmi les huit premiers. Un bilan qui traduit le niveau général de l’Équipe de France avant le reste des courses de ces Championnats du monde.


Votre Coach by Groupe BPCE a suivi Stéphane Boutiaux pendant plusieurs mois, découvrez-ici toutes les vidéos !

S’abonner à la newsletter