Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Snowboard

Snowboard cross : Chloé Trespeuch, des mots en bronze

16/02/2014
Chloe-Trespeuch800x455
Chloé Trespeuch a décroché une inattendue médaille de bronze en snowboard cross grâce aux paroles de son entourage et de ses coachs.

Son frère doit la bousculer après un mauvais départ

À 19 ans à peine, lorsque l’on se retrouve en finale des Jeux Olympiques, il est normal d’être perturbé par le contexte. Le rôle de l’entourage peut être primordial. C’est exactement ce qui s’est produit hier, à Rosa Khutor, dans l’épreuve de snowboard cross des JO de Sochi. La jeune Chloé avait réalisé un médiocre run de qualification. Une grave blessure au genou l’avait empêchée d’avoir sur les dernières saisons une préparation régulière. Si bien qu’en cette journée olympique, après ce premier mauvais passage, elle avait perdu ses repères. C’est alors que son frère Léo est intervenu. C’est Léo qui lui a appris le snowboard, c’est lui qu’elle a toujours suivi, c’est avec lui qu’elle a bâti sa jeune carrière, sur ses traces. Aussi dans cette matinée cruciale, les mots de ce frère aimé, en qui elle a toute confiance l’ont remobilisée. C’était un premier électrochoc provoqué par l’affectif. Seul quelqu’un de très proche peut ainsi toucher l’athlète au cœur, interpeller ce qu’on appelle son potentiel de rébellion.

Le coach intervient pour calmer son stress

Puis est venue la finale. Et là, comme cela peut arriver chez des champions très jeunes, le stress gagne et Chloé s’est retrouvée, à quelques minutes du départ, paralysée par une montée de la pression artérielle. Le souffle court. “Comme si je ne pouvais respirer”, expliqua-t-elle. C’est alors qu’est intervenu un 2e référent, Jérôme Choupin, son coach. Un discours plus vertical que celui de son frère qui touchait cette fois plus à sa raison. Si le premier discours visait à la survolter, pour la motiver, celui-ci devait la rasséréner, évacuer ce stress parasite. Chacune de ses deux interventions a porté et Chloé Trespeuch arrachait une magnifique médaille de bonze.

S’abonner à la newsletter