Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Cyclisme

Cyclisme : les 5 points de la nomination de Thomas Voeckler

02/07/2019
Crédit photo : Mark P Doherty/ProSports/REX/Shutterstock (8721115j)
L’ancien coureur et porteur du maillot jaune Thomas Voeckler a été nommé manager de l’Équipe de France de cyclisme.

Il remplace Cyrille Guimard

Thomas Voeckler a été nommé par le président de la Fédération française de cyclisme Michel Callot en remplacement de Cyrille Guimard. Cette nomination aurait dû avoir lieu plus tard – Cyrille Guimard devait accompagner le nouveau sélectionneur – mais des divergences de point de vue avec certains membres de la DTN ont précipité un peu les choses. C’est donc un changement également générationnel puisque Cyrille Guimard, ancien coureur et directeur sportif, a 72 ans, alors que Thomas Voeckler n’en a que 40. Et il n’a jamais été directeur sportif avant.  

Les Mondiaux à court terme

Thomas Voeckler va être à pied d’œuvre tout de suite, notamment sur le Tour de France dont il est persuadé qu’il peut être remporté cette année par un coureur français. Il va falloir qu’il prenne ses marques très vite dans ses nouvelles fonctions puisque les Championnats d’Europe auront lieu début août à Alkmaar aux Pays-Bas.

Et surtout les Championnats du Monde le 29 septembre dans le Yorkshire au Royaume-Uni. Et là, Thomas Voeckler pourrait frapper très fort d’entrée car le parcours difficile de ce Mondial pourrait faire les affaires de Julian Alaphilippe, l’homme en forme de la saison chez les Français. Ce serait une suite logique après la belle 2e place l’an passé de Romain Bardet. Ce dernier aura une autre opportunité de remporter ce titre qui ne l’a pas été par un Français depuis 1997 : ce sera l’année prochaine en Suisse, où le parcours est plus favorable à un grimpeur comme lui.

Objectifs olympiques

Mais l’autre objectif pour Thomas Voeckler, c’est de viser le titre olympique. L’année prochaine bien sûr à Tokyo où, là aussi, le profil de la course peut profiter aux qualités des coureurs français comme Romain Bardet ou Thibaut Pinot. Mais l’objectif plus lointain et essentiel pour la Fédération française de cyclisme, ce sont bien entendu les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Et il est serait formidable qu’un Français s’y distingue.

Un manager plus qu’un sélectionneur

Pour viser ces objectifs, le poste confié à Thomas Voeckler n’est plus exactement sélectionneur comme par le passé mais plutôt celui d’un manager de l’Équipe de France. C’est-à-dire qu’il devra davantage s’impliquer, être au plus près des coureurs notamment dans le suivi de leur saison.

Proche des coureurs

Or Thomas Voeckler correspond bien au profil car il a raccroché son vélo il y a deux ans seulement. Aussi, connaît-il très bien les coureurs qu’il devra sélectionner et manager : il a couru avec ou contre eux il y a peu. Il est donc proche de certains. Et surtout, il connaît leur psychologie, leur disposition d’esprit, ce qui est très important pour sa mission. Car un manager de l’Équipe de France de cyclisme a un rôle très particulier par rapport aux autres managers d’Équipes de France. En effet, les coureurs qui s’affrontent toute l’année doivent, lors d’un Championnat du Monde ou des Jeux Olympiques, coopérer au profit d’un ou deux leaders. Ce n’est absolument pas évident de faire accepter à ces champions de se sacrifier pour la victoire de l’un d’entre eux. Ce sera le travail de Thomas Voeckler et sur lequel il sera jugé.

S’abonner à la newsletter