Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Football

Didier Deschamps : un sélectionneur finalement assez conservateur

13/10/2014
Dppi_40513026_041-745x358-v2
Didier Deschamps est un entraîneur de football qui fait des choix et qui s’y tient. Une méthode qui lui a réussi.

Didier Deschamps, le groupe avant tout

La France va donc organiser l’Euro 2016 et de ce fait, l’Équipe de France est directement qualifiée pour cette compétition. Autrefois, le pays organisateur devait patienter pendant tout le temps des matchs qualificatifs avec d’insipides matchs amicaux qui ne permettaient pas de préparer la compétition. La réglementation a changé et désormais le pays organisateur est intégré à un groupe. Il joue donc les matchs de qualification mais sans que ses points ne soient pris en compte.
Samedi soir dernier, le Portugal a joué le jeu au Stade de France et s’est investi dans la rencontre. Mais cela n’a pas empêché l’entraîneur portugais de faire sortir Cristiano Ronaldo. Cette rencontre est donc restée sur le plan d’un match amical. D’ailleurs, les entraîneurs en profitent généralement pour faire des expérimentations et « essayer » de nouveaux joueurs. Mais ce n’est pas le cas de Didier Deschamps. Il est en effet assez conservateur. Il a construit son groupe pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil en effectuant de vrais choix et en s’y tenant. Il a ainsi écarté Samir Nasri, estimant que celui-ci était trop individualiste et perturbait la vie de groupe. En revanche, il s’est appuyé sur des joueurs comme Mathieu Valbuena, qu’il avait pourtant évincé de son groupe lorsqu’il dirigeait l’OM parce que le joueur ne se pliait pas à ses exigences. Mais dès lors que celui-ci est rentré dans le rang, Didier Deschamps – qui n’est ni rancunier, ni affectif – a permis à Valbuena de jouer.

Il s’inspire d’Aimé Jacquet et Marcello Lippi

Samedi soir contre le Portugal, seul le gardien Steve Mandanda n’était pas de l’aventure au Brésil en raison d’une blessure. Lors des changements, c’est Moussa Sissoko, un de ses joueurs de confiance, qu’il a choisi de faire rentrer. Le seul nouveau joueur à qui il a accordé du temps de jeu est Dimitri Payet, l’homme en forme du moment. En revanche, André-Pierre Gignac n’a foulé le terrain que durant les deux dernières minutes du match.
Didier Deschamps s’inspire en cela d’Aimé Jacquet. Ce dernier avait défini son groupe deux ans avant la Coupe du Monde de 1998 et avait utilisé l’Euro 1996 comme plateforme de travail. Aimé Jacquet avait, à l’époque, évincé de l’équipe David Ginola et Eric Cantona, certes très talentueux, mais il les jugeait trop individualistes et estimait qu’ils nuiraient au rendement du groupe. Didier Deschamps reconnaît s’être inspiré de lui mais aussi beaucoup de son ancien entraîneur de la Juve, Marcello Lippi. Ainsi Didier Deschamps part du même principe : il bâtit d’abord un collectif ; une fois celui-ci déterminé, il apporte sa confiance aux joueurs et, par la suite, va utiliser les matchs qui le séparent de l’Euro 2016 pour parfaire le jeu, la relation technique entre les joueurs et les automatismes. Quelques éléments pourront venir s’intégrer à ce collectif mais seulement à la marge. Jusqu’à présent cette méthode lui a toujours réussi.

S’abonner à la newsletter