Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Football

Football : Un Boxing Day sans José Mourinho

27/12/2018
Crédit photo : Bagu Blanco/BPI/REX/Shutterstock (10030418ej)
Celui qui se surnomme « The Special One » a été remercié par son club de Manchester United à la veille des fêtes de Noël. Cette année, le Boxing Day (la journée de championnat programmée le 26 décembre) s’est donc déroulé sans lui. Explications.

La fatalité des trois ans

Frédéric Beigbeider avait écrit naguère un roman intitulé « l’Amour dure trois ans ». Cet adage pourrait s’attribuer à José Mourinho. Le coach portugais connaît régulièrement des difficultés dans les clubs qu’il entraîne après trois saisons d’exercice. La première année, il prend l’équipe en main et la module à sa vision du football, c’est-à-dire un football très pragmatique et peu romantique. Il utilise un management porté sur l’affectif où il se montre proche de ses joueurs mais également très envahissant. Il prend littéralement possession de son équipe. À court terme, les joueurs se sentent portés par l’investissement et le charisme de ce coach hors normes. C’est ainsi qu’il obtient des résultats lors de la 2saison de son exercice, qui se solde en général par un titre. Il devint ainsi champion d’Angleterre avec Chelsea la 2année (2005), champion d’Italie avec l’Inter de Milan (2008), champion d’Espagne avec le Real (2012), puis vainqueur de la Ligue Europa avec Manchester United (2017).

Un coaching exigeant, des conflits avec les joueurs

Le problème, c’est que ce coaching extrêmement exigeant où José Mourinho demande beaucoup à ses joueurs et leur laisse peu de libre arbitre finit par en lasser certains. Et comme José Mourinho réagit souvent par la provocation et au travers d’une autorité très verticale qui ne souffre pas la contestation, les relations entre le coach et certains de ses joueurs vont de mal en pis jusqu’à nuire au rendement de l’équipe. C’est ainsi que cela s’était terminé lors de ses deux passages à Chelsea (2004-2007, 2013-2015) et au Real Madrid (2010-2013) après qu’il ait écarté le gardien Iker Casillas et connu des problèmes avec Sergio Ramos, deux des figures de l’équipe. Cette année, son conflit avec Paul Pogba, la star de Manchester United, a été un exemple du mode de fonctionnement de José Mourinho. Il a mis plusieurs fois le Français sur le banc et certainement souvent avec raison – Didier Deschamps avait dû rappeler à l’ordre plusieurs fois le joueur jugé trop indolent– mais sans jamais chercher à ramener son joueur à lui. Mais les résultats ne suivaient pas, et comme souvent dans ce genre de circonstances, le club préfère se séparer de l’entraîneur plutôt que des joueurs. Il a été remplacé, comme souvent, par un coach qui a le profil inverse du sien. Ole Gunnar Solskjaer, ancien joueur emblématique du club, entend se rapprocher des joueurs et relancer un style de jeu plus proche de l’identité du club. Il a disputé hier son premier Boxing Day sur le banc de Manchester United, qui recevait Huddersfield. Et choisi de titulariser Paul Pogba qui a marqué deux buts, permettant ainsi à son équipe de l’emporter 3 à 1… Un petit pied de nez à son ancien coach.

S’abonner à la newsletter