Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Handball

Handball : l’Équipe de France féminine dans le dernier carré

14/12/2018
L’Équipe de France féminine de handball s’est qualifiée pour les demi-finales de ces championnats d’Europe. Pari tenu.

Au pied du mur

Elles l’ont fait. Les joueuses de l’Équipe de France de handball se devaient d’être à la hauteur de leur titre de Championne du Monde dans cet Euro organisé à domicile. Mais cela n’a rien d’évident. En effet, il faut arriver à jouer en se libérant de la lourde pression qui pèse sur les épaules. Lors du premier match face aux Russes, les Françaises étaient crispées par l’enjeu. Être éliminées avant les demi-finales aurait été vécu comme un véritable échec. Depuis leur match nul dimanche dernier face à la Suède, elles avaient toutes les cartes en mains. Elles auraient même pu être qualifiées avant de jouer leur match à Nantes face à la Serbie mercredi soir. En effet, le Monténégro s’était incliné contre le Danemark. Il suffisait que la Russie, Championne Olympique en titre, s’impose face à la Suède pour que les Françaises soient qualifiées sans combattre. Las, l’entraîneur russe, par stratégie ou par calcul, a fait tourner son effectif et la Russie a largement perdu face à la Suède 39 à 30. En conséquence, les Françaises étaient dans l’obligation de s’imposer contre la Serbie afin de se qualifier pour les demi-finales. Ce qui n’était pas pour déplaire à ces Bleues, taillées pour le défi.

15 000 supporters…

Elles ont entamé le match de manière un peu heurtée, certainement en raison de l’opiniâtreté des Serbes. Puis, la machine bleue s’est mise en route, soutenue par l’impeccable public nantais. Les 7 000 supporters ont encouragé à tout rompre les joueuses du coach Olivier Krumbholz. La rentrée de la gardienne Laura Glauser a fait du bien autant grâce à ses arrêts qu’à ses longues passes décisives. De même que les quatre buts en quatre tirs d’Alexandra Lacrabère. Au final, les Françaises se sont imposées 38 à 28 et ouvert en grand les portes de l’enceinte de Bercy et ses 15 000 spectateurs qui seront presque autant de supporters. Elles affronteront les Pays-Bas en demi-finale ce soir à 21h. Un nouveau grand rendez-vous pour les filles d’Olivier Krumbholz qui, une fois encore, montre toute sa science du management. Après avoir porté l’Équipe de France à deux reprises (en 2003 et en 2017) sur le toit du monde, il peut rêver de rééditer cet exploit à Paris. Ce serait immense.

S’abonner à la newsletter