Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Handball

Handball : l’Équipe de France monte en puissance

05/12/2018
L’Équipe de France féminine de handball a largement dominé le Monténégro. De très bon augure pour la suite de son Euro à domicile.

Un match référence

Elles s’étaient montrées sereines malgré la défaite. Après s’être inclinées face aux championnes Olympiques Russes (26-23) lors du match inaugural, les Françaises n’avaient pas montré de signes d’inquiétude. Le travail pendant les entraînements dirigés par Olivier Krumbholz et les mots de leur entraîneur les incitaient à garder confiance en elles. Elles n’avaient pas tort. La fébrilité légitime qui avait pu être la leur lors d’un premier match d’un championnat d’Europe à domicile a disparu dès la 2e rencontre face à la Slovénie, qu’elles ont remporté sans coup férir 30 à 21. Mais il s’agissait d’un adversaire largement à leur portée. Le match contre le Monténégro était un vrai test, qui allait déterminer ce que valait l’attaque française face à cette défense rugueuse et roublarde. On peut être totalement rassurés. Les Françaises sont en place. Emmenées par une grande Estelle Nze Minko, les Bleues ont vite réduit l’opposition dans l’œuf. Dès la première mi-temps, la gardienne Amandine Leynaud a écœuré les attaquantes monténégrines en réalisant quatorze arrêts. Les Françaises l’ont ainsi remporté 25 à 20 au terme d’un match tout à fait rassurant sur leur niveau.

Old ennemy

Au cours de ce tour préliminaire, les joueuses de l’Équipe de France sont donc montées en puissance, de quoi donner des certitudes à leur coach Olivier Krumbholz. Elles quittent le public nancéen qui les a beaucoup portées face au Monténégro pour rejoindre Nantes. Et là, elles auront à nouveau besoin du public pour affronter les redoutables Danoises, qui ont néanmoins perdu contre les Serbes. Mais justement, les Bleues sont de vraies championnes. Et les championnes aiment ce genre de match. En effet, elles ont un petit contentieux avec leurs adversaires.
Les Françaises estiment que les Danoises, championnes Olympiques en 2004, ont une petite tendance à les prendre de haut… Rien de tel pour aiguiser la motivation. Olivier Krumbholz n’aura pas besoin d’utiliser beaucoup de levier psychologique pour demander à ses joueuses de donner leur maximum pour ce match. Il se jouera jeudi à 18h, après quoi les Françaises affronteront la Serbie samedi à 15h puis mercredi prochain la Suède à 21 h. Un sacré programme. À leur mesure.

S’abonner à la newsletter