Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Handball

Handball : objectif TQO

16/01/2020
Crédit photo : POL EMILE / SIPA/SIPA/2001041019
L’Équipe de France de handball a subi un sévère échec lors des Championnats d‘Europe en Norvège où les Français ont été éliminés dès le tour préliminaire. Ils doivent maintenant se concentrer sur le Tournoi de Qualification Olympique (TQO).

Une élimination historique

Didier Dinart, le coach, n’a pas fui ses responsabilités. Il a essayé d’être le plus lucide possible afin de faire le bilan de cette élimination qui est l’un des plus mauvais résultats de l’Équipe de France depuis que Daniel Costantini avait relevé le hand français des profondeurs du groupe C du Mondial à la fin des années 80. Les joueurs de Didier Dinart et de Guillaume Gille se sont inclinés lors de leur entrée en compétition face au Portugal (28-25) puis face à la Norvège (28-26), provoquant leur élimination précoce de cet Euro. Avec six titres mondiaux, trois titres européens, deux titres Olympiques, médaillés de bronze aux Championnats d’Europe 2018 et aux Championnats du monde 2019, forcément, ce résultat constitue une déflagration dans le paysage du handball mondial que les Français dominent depuis au moins dix ans. Il convient à la fois de s’inquiéter de ce résultat et de le relativiser quelque peu. Placés à six mois des Jeux Olympiques, ces Championnats d’Europe ne constituaient pas l’objectif majeur de la saison même s’ils étaient une opportunité de qualification directe pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Ensuite, si les Bleus ont livré un match d’une grande pauvreté face au Portugal, ils ont proposé une partie beaucoup plus aboutie contre la Norvège, vice-championne du monde, qui évoluait devant son public.

Dernière chance au TQO

Reste qu’ils subsistent quelques problèmes structurels dont Didier Dinart a totalement conscience. D’abord, aucune équipe au monde ne peut voir partir le meilleur gardien de tous les temps, Thierry Omeyer, sans dommage. Cette équipe est en pleine mutation et se trouve au milieu du gué entre la fin d’une génération et l’avènement d’une nouvelle. Or, on le sait, ces transitions sont toujours compliquées à gérer. D’autant que Didier Dinart a dû également composer avec les absences de joueurs importants comme Kentin Mahé, souffrant d’une tendinopathie de la rotule du genou gauche. Enfin, si l’équipe maintient ce qui fait l’ADN à travers le temps du handball français, c’est à dire sa défense, on constate en revanche, depuis quelques mois, un manque d’efficacité offensive.
Il va falloir trouver des solutions au plus vite. C’est pourquoi le staff et les joueurs doivent analyser objectivement la situation et faire bloc car le temps presse. En effet, pour aller aux Jeux Olympiques, les handballeurs français devront suivre les traces de leurs collègues volleyeurs en participant à un Tournoi Qualificatif Olympique (TQO) pour décrocher l’un des deux tickets pour Tokyo. Leur chance est que ce TQO de déroulera en France du 16 au 19 avril à l’AccorHotels Arena. C’est dans ces moments-là que l’on juge le caractère d’une équipe. À de multiples reprises dans son histoire, les handballeurs français ont montré qu’ils savaient prendre en main leur destinée. Didier Dinart et Guillaume Gille les premiers, lorsqu’ils étaient joueurs. Nul doute qu’ils sauront trouver les mots et la formule pour porter leurs joueurs vers Tokyo.

S’abonner à la newsletter