Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Jeux Olympiques

JO 2018 : prendre le risque de perdre pour l’entraîneur de ski freestyle Grégory Guénet

25/02/2018
JO 2018 : prendre le risque de perdre pour l’entraîneur de ski freestyle Grégory Guénet
Grégory Guénet, l’entraîneur des équipes de France de slopestyle et de halfpipe, rentre frustré des Jeux Olympiques de PyeongChang. La seule médaille en argent de la skieuse acrobatique Marie Martinod ne le comble pas.
Il en voulait plus Grégory Guénet. Au moins deux médailles, comme à Sochi en 2014, quand Marie Martinod avait, déjà, rapporté l’argent, et Kevin Rolland le bronze pour la première apparition du halfpipe aux JO. Cette année, les mêmes étaient au départ, plus les jeunes sur l’épreuve de slopestyle. Mais ni les jeunes, ni les expérimentés garçons n’ont réussi à rapporter de breloque. En slopestyle, Tess Ledeux, la championne du monde en titre, ne s’est pas qualifiée pour la finale. Pas plus qu’Antoine Adélisse chez les garçons. En halfpipe, malgré la joie de Marie Martinod, la compétition s’est terminée par les lourdes chutes de Kevin Rolland et de Thomas Krief.
Mais ils n’avaient pas le choix. Pour viser une médaille, les deux freestyleurs devaient prendre de gros risques. Grégory Guénet avait détaillé pour Votre Coach il y a quelques mois le cheminement de la prise de risque dans ces disciplines si dangereuses. Mais en Corée, Kevin Rolland et Thomas Krief sont arrivés mal en point, blessé pour le premier, tout juste de retour de blessure pour le second. Difficile dans ces conditions de rivaliser avec les cadors américains de la discipline. Mais le coach Grégory Guénet ne cherche pas d’excuses et préfère parler de remise en cause personnelle. Car malgré l’échec, il a envie de continuer à accompagner sa prometteuse équipe de France de ski freestyle.
S’abonner à la newsletter