Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Fiche d’identité

Cathy Fleury

Coach de judo

Entraîneur de l’Équipe de France féminine de judo
Devise

“Dès que tu as l’opportunité, prends tes responsabilités. Choisis !”

Biographie
Cathy Fleury, entraîneur de judo.
Née le 18 juin 1966, à Paris.
Nommée entraîneur principal en 2005 de l'Équipe de France féminine de judo.
Anecdote

ANECDOTE 1: « Un mental construit à la cafet de l’INSEP… »

La philosophie d’un entraîneur est souvent tirée de son histoire personnelle. Si Cathy Fleury précise souvent qu’elle n’est « qu’un guide » pour ses athlètes, elle affirme que ce sont eux « les moteurs de leur vie sportive », et ce n’est pas un hasard. Sa force mentale si souvent saluée sur les tatamis, elle se l’est construite. Seule. « Les lendemains de défaite, bien que morte de honte, j’allais dès 8h du matin à la cafétéria de l’INSEP affronter le regard des filles qui voulaient prendre ma place, affronter leur petit sourire en coin, raconte Cathy. À 22-23 ans, ce sont des moments douloureux, mais je me les imposais, je les cherchais même. Des gens ont besoin de confort ; moi, je voulais l’inconfort car j’ai fini par découvrir que c’était bénéfique pour moi. »

 

ANECDOTE 2: « Super geste, mais surtout, tu ne le refais plus ! »

2008 – stage de préparation avant les JO de Pékin, Cathy Fleury se souvient. « Ma judokate affronte une étrangère contre laquelle elle est régulièrement en difficulté. Avant ce combat, on met en place une stratégie, avec un certain placement des mains…et là, elle l’a fait enfin tomber ! Géniale, on tenait la solution ! J’ai alors dit à mon athlète : « Écoute, on va rester là-dessus, ne retente plus jamais ce geste pendant le stage ! » Le stage durant plusieurs jours, les filles allaient encore se rencontrer et je ne voulais surtout pas alerter notre adversaire étrangère. On a bien fait : quelques semaines plus tard, on l’a retrouvée pour la troisième place aux JO… et ma judokate, grâce à cette fameuse prise, a gagné. »

Palmarès
  • En tant que judokate, championne d’Europe et du monde en 1989 mais aussi championne olympique en 1992.

  • En tant qu’entraîneur national, une médaille d’or et quatre de bronze avec l’Équipe de France aux JO 2012.

S’abonner à la newsletter