Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Triathlon

#COULISSES – STÉPHANIE DÉANAZ, TRIATHLON : DANS UN AN LES JEUX

Stéphanie Deanaz
Coach de triathlon
#Coulisses - Stéphanie Déanaz, Triathlon : Dans un an les Jeux
Le 1er août 2020, les meilleurs triathlètes du monde s’élanceront pour le premier triathlon mixte par équipes de l’histoire. Avec pour la France, un seul objectif, la médaille d’or.

Il est 6h ce matin d’été. Le soleil n’a pas encore pointé ses chauds rayons au bout de la plage du Grand travers, à La Grande-Motte. Les quatre cyclistes déposent leur vélo après une trentaine de kilomètres d’échauffement nocturne depuis leur base de Montpellier. Pour éviter autant la canicule qui sévit sur la France que les touristes qui inondent la côte méditerranéenne, Stéphanie Déanaz et son staff ont programmé une séance très matinale.

Au programme, 3 sessions de natation en pleine mer suivie d’allers-retours devant la plage en vélo. Avec un double objectif : s’habituer aux horaires de courses matinaux qui seront en vigueur dans un an au Japon et travailler les passages de relais si important dans une course trustée par les Français depuis 2 ans. « Je me suis posée la question des horaires d’entraînement dans la mesure où la course aura lieu tôt le matin au Japon, explique Stéphanie Déanaz. On m’a plutôt conseillé, malgré le décalage horaire, de s’entraîner en France à la même heure que la course au Japon donc très tôt le matin. C’est pourquoi les filles ont dû se lever tôt ce matin. Le relais mixte est notre principal objectif l’an prochain et les filles ont encore des progrès à réaliser. »

En marge de la course WTS de Hambourg début juillet, étaient à nouveau organisés les championnats du Monde de relais mixte. Et ces deux dernières saisons, l’équipe de France l’a emportée avec deux compositions différentes. Dans un an, il s’agira de viser l’or olympique et Stéphanie Déanaz sait que la médaille se jouera dès le départ avec le passage de deux de ses filles : « Nos adversaires principaux, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis notamment, ont des filles très fortes donc à nous de travailler encore plus pour donner le relais aux garçons dans les meilleures positions. »

L’été n’est pas la période la plus propice au travail de fond mais c’est le moment des ajustements en vue des nombreuses courses au programme. Ce mois d’août, le circuit va emmener Cassandre Beaugrand, Léonie Périaut et Sandra Dodet au Japon pour les traditionnels test-events de l’année pré-olympique. Pour les triathlètes, l’occasion de prendre des repères sur le site olympique pour travailler les détails qui construiront le succès olympique de 2020.

S’abonner à la newsletter