Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Football

Un homme totalement dévoué

Graphic Obsession
Philippe Ferrari a été marqué par son entraîneur de football en poussin, un homme totalement dévoué.

La passion avant la technique

J’ai maintenant 48 ans mais pourtant, je garde un souvenir fort de mon premier entraîneur de football en poussin, j’avais alors 7-8 ans. Il s’appelait Alain Basma et était assureur de profession. Ses connaissances sur le jeu étaient relativement limitées, mais il faisait preuve d’un tel dévouement, qu’il m’a profondément marqué. Au fond, il était en quelque sorte un éducateur bénévole, et consacrait tous ses week-ends sans rien attendre en retour. Il était plein de générosité. Je me souviens qu’il nous achetait avec son argent personnel les survêtements pour l’équipe, car le club de Chenôve (Cote d’Or) ne disposait que de très peu de moyens.

Un coach rude mais dévoué

C’était un entraîneur à l’ancienne, assez rude dans ses méthodes. Il arrivait parfois que l’on reçoive une petite claque derrière la nuque pour nous remettre les idées en place. Il avait le coup de sifflet facile aussi. Quand on loupait un tir pendant les exercices il fallait faire un tour de terrain. Je me rappelle d’un copain une fois qui a dû faire 25 tours de terrain. De là, lui est venue la passion de la course à pied… Et puis il y avait les déplacements pour les matchs, les tournois de fin d’année. On s’entassait dans sa voiture et sur le chemin du retour M. Basma nous offrait le goûter. Si aujourd’hui, je suis dirigeant bénévole dans un club de sport, en l’occurrence le club de rugby du Stade dijonnais, c’est certainement en raison de ce que m’a transmis cet homme, sa passion pour le sport et une certaine manière de la transmettre à des enfants.

S’abonner à la newsletter