Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Aviron

Construire la performance

Jérôme Déchamp
Coach d'aviron
Construire la performance
La rentrée des classes s’est faite plus tard que prévue. C’est que l’année 2016 est un peu spéciale pour les sportifs. Une année olympique, avec au bout, une épreuve attendue depuis 4 ans.

À cette occasion, certains coachs préfèrent rester dans une routine qui fonctionne. Même préparation, mêmes épreuves, même calendrier. Jérôme Déchamp a lui fait évoluer un peu sa montée en puissance vers l’épreuve reine : ses rameurs ne se présenteront que sur deux épreuves avant les Jeux Olympiques. Ils ont zappé les Championnats d’Europe et la première épreuve de Coupe du Monde pour ne se confronter à la concurrence que sur l’épreuve de Lucerne et plus tard en juin, sur l’épreuve de Poznan. Deux compétitions seulement pour valider les réglages et consolider cette cohésion tant recherchée depuis des mois.

Alors forcément, quand on se présente sur la ligne de départ avec moins de repères que ses rivaux, la mise en route peut s’avérer compliquée. C’est ce qui est arrivée au 4 sans barreur sur le lac suisse : une 3e place à l’épreuve éliminatoire terminée, qui a contraint le bateau français à passer par les repêchages afin de valider sa place en finale A, avec les cinq autres meilleures embarcations mondiales. Avec ce 4 sans barreur poids légers si concurrentiel, Jérôme Déchamp a dû passer son week-end à rassurer, à mettre en avant systématiquement les points positifs pour que la performance continue à se construire dans un climat propice.

Pour le 2 de couple, son homologue Alexis Besançon avait d’autres objectifs. Remodelé lors des sélections (voir épisode 1), le bateau accueillait pour la première fois en compétition internationale le jeune Pierre Houin à la place du champion du monde en tire Stany Delayre. Ce nouvel équipier de l’expérimenté Jérémie Azou se devait de valider la confiance placée en lui et surtout sa place dans le bateau en vue des Jeux Olympiques. Pour ce nouveau duo, pas d’autre alternative qu’une victoire convaincante. Le défi était immense au moment d’embarquer sur les eaux du lac de Lucerne…

S’abonner à la newsletter