Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Rugby

Le rugby, une école de la vie

DR
Christophe Mombet, directeur du Rugby, responsable de la formation au Racing Metro 92, Xavier Chauveau et Vincent Lasmarrigues, deux jeunes en formation, tous mettent en avant les valeurs éducatives de l’ovalie.

Une école de la vie pour soi-même…

« Ici, on forme des hommes ». Cinq mots pour un programme ô combien ambitieux, pour une maxime à laquelle même les jeunes ailiers les plus virevoltants n’échappent pas à leur entrée au centre de formation du Racing. « On ne remplace pas l’école, la famille ou les parents, tempère Christophe Mombet. Mais dans la vie d’un jeune, le club est un passage où, chaque semaine, il va trouver de vrais repères, des personnes à ses côtés pour l’aider, pour le cadrer… Et ça, les jeunes en ont besoin. » « On nous apprend à être agressif, oui, mais dans un cadre défini, avec des règles, témoigne Vincent Lasmarrigues. D’ailleurs, dans le dépassement de soi, l’envie de réussir, mes éducateurs m’ont beaucoup appris pour ma vie de tous les jours. » « Pour ma part, le rugby m’a aidé dans le quotidien à être tenace, à ne pas abandonner devant la première difficulté, confie Xavier Chauveau. Je suis plus « dur au mal » et je ne parle pas seulement ici de coups physiques… » « Avec le temps, explique Mombet, on a enfin compris que l’entraîneur ne pouvait pas être qu’un technicien, car cela n’aide pas à faire progresser les personnalités, surtout les jeunes. Il faut aussi des compétences en management car l’humain est capital. »

…et pour mieux vivre avec les autres aussi

Pour expliquer leur amour du rugby, le centre Vincent Lasmarrigues évoque « ce plaisir de gagner ensemble ! » quand Xavier Chauveau, lui, met en avant la solidarité qu’exige ce sport. « On passe souvent par des moments difficiles sur le terrain mais on s’en sort grâce à l’équipe », insiste le joueur parisien. « C’est là la plus grande force du rugby : même la plus immense des stars ne peut pas vous faire gagner si elle joue toute seule, rebondit Christophe Mombet. Toute la pédagogie de notre sport s’appuie sur cette notion de cohésion, de collectif : que va pouvoir faire mon partenaire pour m’aider à marquer ou que vais-je pouvoir faire, moi porteur du ballon, pour aider mon équipe à marquer ? » Aux yeux de celui qui fut professeur d’EPS, ce besoin de l’autre prend d’autant plus une dimension éducative que le rugby se révèle être l’un des sports les plus démocratiques en catégories jeunes. « Que vous soyez petit et gros ou grand et mince, tous les gabarits peuvent s’exprimer. C’est une vertu essentielle du rugby : nous, on accepte tout le monde ! » Mixité physique, mais aussi sociale, religieuse, culturelle… « Dans une école de rugby, vous avez de « tout », se réjouit cet ancien entraîneur de l’équipe de France au début des années 90. Avec ce sport qui génère des liens extraordinaires entre individus, les clubs et les éducateurs ont donc une vraie mission vis-à-vis des jeunes. » Pour mener à bien son projet pédagogique dans ses trois écoles de rugby, le Racing Metro 92 bénéficie notamment du soutien de Natixis, parrain officiel de l’équipe professionnelle et filiale du Groupe BPCE.
« Sur un rectangle de 100 m x 50 m, on est dans la vraie vie », martèle Christophe Mombet, indiscutablement fier des valeurs de son sport. Avec, en guise de conclusion, cette phrase de Jean-Pierre Rives* qu’il nous rappelle ici. « Le rugby est un sport pratiqué par des hommes autour d’un ballon. Enlevez le ballon, il reste l’essentiel. Les hommes. »

 

Retrouvez les conseils des coachs du Racing Metro 92.

 

* Ancien joueur du Racing Metro 92 avec 59 sélections en Équipe de France (de 1975 à 1984) dont 34 en tant que capitaine et aujourd’hui sculpteur..

S’abonner à la newsletter