Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Boxe

L’importance du social dans la boxe

Alan-Luis Duarte
Coach de boxe
L'importance du social dans la boxe
Quand les jeunes qui participent au projet Abraço Campeão arrivent ici, ils sont accueillis. Car la réalité des favelas de Rio de Janeiro est très dure. Ces jeunes passent tous les jours par des situations de dépassement, des situations difficiles qu'ils doivent surmonter pour arriver jusqu'ici.

Un lieu simple mais privilégié

Nous nous entraînons ici, dans ce lieu qui est en réalité un vestiaire de football. Il y a plusieurs séparations, comme les armoires et les murs qui divisent l’espace. C’est juste un espace qui nous sert de base, c’est tout ce que l’on a. L’attachement que les élèves manifestent à pouvoir s’entraîner ici est grand. Je constate qu’ils ont un fort potentiel. Si nous améliorons ces locaux, ils pourront grandir encore et devenir des exemples pour leurs quartiers. Nous utilisons des équipements récupérés dans d’autres écoles de boxe. Du matériel qui autrement serait jeté à la poubelle. J’arrive donc avant le cours pour faire une maintenance de ce matériel pour que l’on puisse l’utiliser, en retirant les parties qui peuvent blesser les élèves.

Une réalité violente

La réalité de ces jeunes, ce sont des situations familiales destructurées, la violence quotidienne, le manque d’éducation, l’inexistence de services de santé publique. Tout ça les touche. Cette situation influence l’entraînement. Comme entraîneur, je m’en aperçois. Un jour, l’athlète va bien, le lendemain, il va mal. Un jour, l’athlète travaille mieux, parce que la situation économique chez lui s’améliore. Le lendemain, il ne mange pas correctement.

Un jeune témoigne : « Je suis le premier élève de ce projet, je suis ici depuis le début. Un jour, je suis venu sur le terrain de foot et j’ai vu le professeur accrocher les sacs, des gens qui s’approchaient… Alors je lui ai demandé ce que c’était, Alan m’a expliqué, m’a invité à l’entraînement et finalement je suis venu. Avant j’étais très violent, tout me stressait, puis, je me suis rendu compte que quand je m’entraînais, je sortais d’ici plus calme. Alors, je me suis dit, « je vais continuer » et voilà, je suis ici depuis ce jour. Quand je m’entraîne, je pense d’abord à ma famille. Et quand j’ai des problèmes, je les extériorise dans les jabs, les directs, les uppercuts, que je donne. La fatigue du travail est remplacée par la fatigue de l’entraînement et c’est bien mieux. Quand je m’entraîne, je me concentre sur ma famille, celle qui est à la maison et ma famille du Complexo do Alemão. Abraço Campeão m’apporte un nouvel objectif et m’éloigne des mauvais chemins. »

Une éducation sportive mais aussi sociale et citoyenne

Cosme Henrique a un grand potentiel et nous travaillons beaucoup pour les compétitions. Il lui arrive aujourd’hui ce qu’il m’est déjà arrivé dans le passé. Il vient de perdre un membre de sa famille, on vient de le lui confirmer à l’instant. Il est rentré chez lui très ébranlé. C’est pour cela que nous devons sensibiliser les jeunes et avoir plus de jeunes dans nos cours de sport et d’éducation, afin qu’ils ne tombent pas dans le trafic de stupéfiants ou la consommation de drogues. Nous comptons sur les professeurs Fabio et Miriam qui donnent des cours de citoyenneté et de développement personnel. Nous organisons des tables rondes où nous abordons des thèmes très proches de nos élèves, tels que les préjugés, le trafic de drogue, la violence… ce sont des questions que nos élèves amènent, ce qui donne lieu à des échanges.

Un apprenti boxeur partage son expérience : « J’ai déjà participé à 8 cours de citoyenneté et je ne suis jamais parti sans réfléchir sur les sujets abordés. Je suis sorti avec une bonne connaissance des différents thèmes, du racisme jusqu’au machisme. Ces cours m’ont permis de voir ces choses et bien d’autres encore sous un autre angle et je pense, comme mon entraîneur, que l’athlète a besoin de cela. »

Réaliser ses rêves et construire un monde meilleur

Le projet vise à faire des champions dans la vie, c’est notre principal objectif. Nous voulons des athlètes pour les olympiades, des athlètes de niveau national et international. Mais le champion qui arrive à vaincre toutes les barrières, toutes les difficultés qu’il rencontre au sein de sa communauté, et qui arrive à vivre une vie digne, pour nous c’est aussi très gratifiant. Car ce jeune va reproduire ce qu’on lui a enseigné, comme moi je reproduis ce que l’on m’a enseigné. C’est à travers le sport que j’ai trouvé mon chemin, sans porter une arme à feu, sans consommer de drogues. Et aujourd’hui, je reproduis mon expérience. Je crois que c’est très important si l’on arrive à faire plus, à avoir plus de gens avec nous pour construire un monde meilleur. Ici, dans cet espace exigu, nous nous entraînons à la boxe et c’est difficile. Mais dans cet espace, nous luttons pour réaliser nos rêves et il n’y aura ni murs ni barrières qui puissent nous en empêcher.

S’abonner à la newsletter