Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Aviron

Para-aviron : une compétition inédite aux multiples records

Charles Delval
Coach d'aviron
Para-Aviron - Charles Delval - Championnats du monde d'aviron indoor
Lors des championnats du Monde d’aviron indoor, l’Équipe de France de para-aviron emmenée par Charles Delval, l’entraîneur de l’Équipe de France de para-aviron, a frappé fort en battant deux records du monde assortis de titres mondiaux.

C’était début février. À une époque où personne n’imaginait l’ampleur de la crise sanitaire à venir. Une période où la montée en puissance programmée vers l’objectif principal de cette année 2020, aller à Tokyo, débutait. Et à la salle Pierre de Coubertin, à Paris, c’était déjà une première…

Pour la première fois, les ergomètres de compétition (autrement appelés rameurs) avaient quitté les États-Unis. Et c’est la France qui avait la charge d’accueillir le gratin de l’aviron mondial, pour les premiers championnats du Monde d’aviron indoor organisé hors du continent nord-américain. Seniors « valides » comme senior « para » s’étaient réunis pour se jauger à quelques mois des échéances olympiques et paralympiques.

Nous avions suivi les rameurs de Charles Delval dans les trois catégories paralympiques PR1, PR2 et PR3. En PR1 (les athlètes se servent des bras et des épaules), Nathalie Benoit, a fait chauffer les chronos : un record du monde explosé et un titre mondial à la clé.

Dans la catégorie PR2 (tronc et bras), Perle Bouge imitait sa compatriote avec titre et record du monde. Enfin, chez les hommes, Pascal Danière, en PR1, remportait le titre quand Rémi Taranto ramenait l’argent en PR3 (jambes, tronc et bras).

Avant de retrouver les bassins, ces championnats devaient être une étape dans le chemin de sélection pour intégrer les équipes de France senior et para-aviron. L’histoire a pris une autre tournure…

S’abonner à la newsletter