Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Performance

Cinq conseils pour courir en hiver

CourirEnHiver_shutterstock_161559683_745x358
Attention, courir en hiver n’est pas anodin. Il faut prendre des dispositions particulières.

Courir malgré tout

Lorsque l’on met le nez à la fenêtre en hiver et que l’on jette un coup d’œil sur le thermomètre, souvent l’envie de courir diminue, voire disparaît. Alors qu’en fait, ce sont les cinq premières minutes qui seront difficiles. Le corps s’habitue vite aux conditions et le plaisir à l’arrivée n’en sera que plus grand. Il est nécessaire de se forcer à franchir le pas de sa porte et de repousser toutes les mauvaises excuses.

Adapter son équipement

Il faut évidemment réfléchir à sa tenue. Le piège est de partir trop vêtu et d’avoir trop chaud, après seulement quelques minutes de course. Ce qui est très important, c’est d’éviter de prendre du coton, comme on peut le faire en été ou au printemps, car il va s’humidifier avec la sueur et c’est là que l’on prend froid ! En effet, les vêtements ne sèchent pas car la température est trop basse. Il convient donc de porter des matières conçues spécialement pour la course à pied et qui permettent au corps de respirer. Il est aussi conseillé de porter un bonnet, car 40% de la chaleur corporelle s’évacue par la tête.

Bien s’hydrater

L’air froid est souvent sec et donc il augmente le phénomène de déshydratation. Aussi, même si l’on ne ressent pas la chaleur, il faut bien boire. C’est un paradoxe, mais il est important de respecter cette consigne.

Rallonger la phase d’échauffement

Par temps froid, il est fondamental de s’échauffer davantage et notamment de partir plus doucement que d’habitude. Il est ensuite normal de ne pas parvenir à tenir le même rythme que d’ordinaire. C’est simplement que le corps dépense plus d’énergie pour compenser les effets de température. Il ne faut donc pas chercher à compenser, mais simplement à maintenir un effort constant.

Attention aux blessures

Par temps froid, les muscles travaillent davantage, ce qui peut provoquer des blessures musculaires. Il ne faut donc pas brusquer les choses, mais bien gérer les phases d’accélération. Et aussi se méfier des descentes, car la survitesse peut amener à la blessure. Enfin dès qu’on s’arrête, il faut vite penser à se couvrir.

S’abonner à la newsletter