Tendance

Le golf est-il un sport ?

G756018919_
C’est une question récurrente, le golf est-il vraiment un sport ou est-il une simple activité de détente ? C’est assurément beaucoup plus que tout cela.

Des gabarits peu sportifs en golf

Le golf est-il un sport ? Le débat peut transformer un paisible dîner entre amis en un pugilat. À regarder le profil et l’âge de certains grands champions comme John Daly, la réponse semble évidente. Winston Churchill, qui expliquait sa longévité avec sa célèbre formule « no sport », était un amateur de golf. Longtemps, les golfeurs ont eu davantage le physique de cueilleurs de champignons que de sportifs. D’ailleurs, le journaliste de la BBC Mickael Parkinson aimait à dire que “le golf, ce n’est guère autre chose qu’une façon coûteuse de se promener.”
En fait, tout dépend de la définition que l’on donne du sport. Selon le Larousse, le sport est : “l’ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, donnant généralement lieu à compétition, pratiqués en observant certaines règles précises”. C’est bien la notion d’exercice physique, et non de performance physique, qui est la condition nécessaire et suffisante pour définir un sport. Ainsi, certains pays comme l’Espagne ou la Russie considèrent les échecs comme un sport, car ils génèrent une dépense énergétique importante : on pourrait perdre jusqu’à trois kilos durant une partie d’échecs !

Tiger Woods, un vrai athlète

Il faut reconnaître qu’au golf le joueur s’engage physiquement. On estime que sur un parcours de golf, qui dure en général quatre heures, un golfeur dépense près de 1000 calories. D’ailleurs tous les golfeurs professionnels s’adonnent aujourd’hui à quatre, voire cinq séances, de préparation physique par semaine. Les capacités physiques d’un golfeur ne feront peut-être pas la différence avec celles d’autres sportifs. En revanche, une vraie déficience dans ce domaine peut s’avérer un handicap. Tiger Woods s’est bâti son extraordinaire palmarès aussi bien grâce à son immense talent de golfeur que grâce à ses qualités physiques d’athlète, très au-delà de celles de ses adversaires.
En effet, la qualité de la condition physique compte. Elle impacte la capacité de concentration, qui est fondamentale dans cette discipline. Il est également nécessaire de disposer d’une grande souplesse, notamment au niveau des épaules, très sollicitées dans les gestes de golf, plus particulièrement dans celui du swing. De plus, le golf requiert une vraie puissance musculaire des membres inférieurs et du grand dorsal.
Pourtant l’engagement physique au golf n’a rien à voir avec les autres sports. L’ancien golfeur Johnny Miller, reconnaissait avec humour que “le golf est 90 % d’inspiration et 10 % de transpiration”.
Ce qui permet encore à quelques joueurs bedonnants ou vieillissants – voire les deux ! – de continuer à être performants. Mais ce n’est pas le sens de l’Histoire. Force est de constater que les golfeurs de haut niveau sont de plus en plus jeunes et physiquement affûtés. Mais ce n’est pas tant sur la dimension physique que le golf se distingue des autres disciplines. C’est surtout qu’il est le sport le plus individuel qui soit : le golf n’est pas une compétition contre les autres, c’est d’abord une lutte contre soi-même. Ce qui faisait dire au grand professeur américain de golf Bob Toski, que “c’est un sport pacifique qui se joue violemment de l’intérieur”. Mais un sport quand même, donc.

Suivez-nous
S’abonner à la newsletter