Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Nutrition

Le paradoxe des pâtes

Les pâtes sont un plat très prisé en ce temps de confinement par les Français et tout au long de l’année par les sportifs. Mais pour des raisons complètement différentes...

Ruée sur les pâtes

Confinés, les Français ont dû changer de régime alimentaire. Sommés de rester chez eux, ils ont dû abandonner les produits frais et se rabattre sur les produits qui se conservent dans les placards et notamment les pâtes. Ainsi, lors de la première semaine du confinement, les ventes de pâtes ont augmenté de 196 %. Or les Français étaient déjà de grands consommateurs puisque jusqu’ici ils en consommaient 8 kilos par personne et par an. Certes très loin des Italiens, –  c’est un aliment emblématique de leur gastronomie – qu’ils prennent aussi bien en entrée qu’en plat principal et qui en absorbent 23 kilos par personne et par an.

Ce faisant, le grand public a adopté le régime quotidien des sportifs de haut niveau. Le plat de pâtes est en effet un grand classique du régime alimentaire des sportifs et notamment les jours qui précèdent une compétition. Plus particulièrement pour ceux qui pratiquent une discipline d’endurance. Ainsi, beaucoup de grands marathons organisent une « pasta party » la veille de l’épreuve dans le village d’accueil. Mais les sports collectifs affectionnent également les pâtes. André Bisson, l’historique cuisinier des Bleus, notamment lors de la Coupe du monde 1998, sous l’influence de Zidane, avait été faire un stage en Italie pour apprendre à cuisiner spécifiquement les pâtes.

Sucres lents

Cette consommation de pâtes par les sportifs répond à un besoin physiologique lié à la pratique sportive, que détaille Nicolas Aubineau, Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique. « C’est (les pâtes) une source énergétique qualitative d’apport glucidique (25-30g pour 100g de pâtes cuites) mais aussi protéique (5g de protéines pour 100g) carencée cependant en lysine mais riche en gluten (à éviter en cas d’intolérance), et peu lipidique (moins de 1g de lipides pour 100g). Les glucides présents sont pour la majorité des entités complexes faciles à digérer, bien assimilées par l’organisme et permettant de favoriser positivement les réserves en glycogène hépatique (foie) et musculaire, principal carburant de l’effort. » On comprend donc bien l’avantage de manger des pâtes la veille d’un effort pour ceux qui vont disputer une épreuve sportive. Le problème, c’est que les gens en confinement ne peuvent se livrer à des exercices physiques conséquents et notamment des épreuves d’endurance… Si bien que le risque de consommer beaucoup de pâtes, c’est tout simplement de grossir.

Toutefois, si les pâtes sont riches en glucide, il est à noter qu’elles sont peu caloriques. C’est ce que l’on met pour accompagner les pâtes, qui souvent est riche en calories, comme le beurre, l’huile, les sauces carbonara, bolognaise… Aussi, faut-il veiller à ne pas trop ajouter de lipides quand on prépare ses pâtes si l’on est amené à en manger souvent durant ce confinement. Et surtout, il convient d’essayer de faire du sport chez soi. Votre Coach by Groupe BPCE vous propose d’ailleurs une sélection très éclectique de tuto vidéos…


S’abonner à la newsletter