Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Santé

Le sport est-il compatible avec l’alcool ?

sportetalcool_G777038917-745x358
Durant l’été on est plus souvent amené à faire des excès, notamment boire plus d'alcool qu’à l’accoutumée. Ce qui n’est pas sans conséquences sur l’activité sportive.

Plus de vodka et moins de forces

Pendant les vacances, il y a un relâchement naturel sur le plan diététique. Notamment à l’heure de ce qui est l’un des grands plaisirs de l’été : l’apéro. Il est difficile en fin de journée de résister à l’appel de la tapenade et du verre de rosé sous la tonnelle. Or, si l’on a en parallèle décidé de profiter des vacances pour faire du sport, il s’avère que les deux ne sont guère compatibles. Des chercheurs néo-zélandais ont fait l’expérience avec deux groupes de sportifs. À l’un, on faisait boire avant de se coucher un verre de jus d’orange, à l’autre une vodka orange. La perte de force du second groupe après des tests était de 1,4 à 2,8 fois plus importante. En effet, physiologiquement l’alcool a plusieurs effets négatifs sur l’organisme qui nuisent à la performance sportive. D’abord en termes de récupération de l’effort.

Les rugbymen ont l’habitude de boire quelques bières après un match. Mais c’est davantage pour souder le groupe après une défaite que pour préparer le match suivant. En effet, l’alcool bloque une enzyme appelée LDH (lacticodéshydrogénase), ce qui a pour effet d’empêcher l’élimination de l’acide lactique, cette substance envahit le muscle durant l’effort et bloque la production énergétique. On récupère donc moins bien après un effort. Ensuite, l’alcool a un effet déshydratant. Il faut savoir qu’en buvant du vin ou une bière, on ne s’hydrate pas contrairement à ce qu’on pourrait penser.

Plus on boit d’alcool, plus on se déshydrate

En effet, les boissons qui contiennent plus de 4 % d’alcool ont un effet diurétique. La quantité d’eau présente par exemple dans une bière est inférieure à ce que le rein va produire. Le bilan hydrique est négatif et altère donc la récupération. De sorte que lorsqu’on boit de l’alcool avant de faire du sport, les pertes urinaires s’ajoutent à la transpiration et diminuent les performances. C’est pour cela que lors d’une soirée il est conseillé de boire un verre d’eau à chaque fois que l’on prend un verre d’alcool. Enfin, dernier effet négatif, l’alcool augmente le stockage des graisses dans l’organisme. Lorsque, par exemple, on prend un apéritif et qu’en même temps on mange des aliments gras (comme de la charcuterie, des chips ou des cacahuètes….), l’organisme va d’abord privilégier l’élimination de l’alcool. Ce qui fait que l’on va moins éliminer les graisses et donc les stocker…

Toutefois, une bonne nouvelle, pour ne pas trop culpabiliser et pouvoir tout de même s’abandonner aux plaisirs de l’été, citons cette étude menée par des neurologues de l’Université du Colorado. Elle montre que les personnes consommatrices d’alcool, mais qui ont par ailleurs une activité physique régulière telle que la marche, la course ou encore le vélo, présentent des cellules du cerveau moins altérées que des consommateurs d’alcool ne pratiquant pas d’activité sportive.

S’abonner à la newsletter