Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Bien-être

Le tai-chi-chuan : quèsaco ?

160407_SVS_Tai-chi-chuan - recadré
Le tai-chi-chuan est un art martial traditionnel chinois qui se développe en France à grands pas. Explications.

Le tai-chi-chuan, un art martial très ancien

Les cours de tai-chi-chuan connaissent un réel succès. Cet art martial chinois qui daterait du XVIe siècle répond très certainement à des problématiques qui traversent aujourd’hui la société. C’est en tout cas ainsi que Sébastien Zacharie, professeur de tai-chi-chuan à Houilles, Champion d’Europe en 2012 de cette discipline dans sa version sportive (Tuishou) et Champion de France en 2010 et en 2014, explique ce succès. « Le tai-chi-chuan répond à de multiples demandes de publics assez divers, dit-il. Ainsi, les personnes âgées s’y retrouvent à travers les exercices de souplesse et la recherche permanente d’équilibre. Les personnes plus jeunes soumises au stress de la vie et du travail effectuent par le tai-chi-chuan une forme de pause en réalisant des mouvements avec lenteur et, par la même, se détachent de l’instant et du quotidien. Enfin, il y a d’autres personnes, notamment beaucoup de femmes, qui viennent aussi pour les techniques de self-défense que proposent également cette activité puisque ‘chuan’ signifie boxe. »

En effet, le tai-chi-chuan est, comme le souligne Sébastien, « un mélange entre le kung-fu et le chi-gong. Le premier est un art martial assez dur quand le second est davantage un art énergétique basé sur la souplesse. » Ainsi, le tai-chi-chuan permet le développement d’une force souple et dynamique. La base du travail est la recherche d’un relâchement qui permet la fluidité des mouvements. Et c’est au terme de ce relâchement que l’on parvient à exprimer sa force intérieure. Après beaucoup de pratique on parvient ainsi à une maîtrise presque absolue du corps. On dit ainsi que « lorsqu’une partie bouge, tout le corps bouge ; quand une partie s’arrête, tout le corps s’arrête ».

Une discipline excellente pour la santé

« Les mouvements sont réalisés très lentement, précise Sébastien, ce qui permet à chacun de prendre véritablement conscience de son corps. Pourquoi je pose la pointe de mon pied ainsi, pourquoi mon genou se tourne vers l’intérieur. Une forme de yoga en mouvement. » Un ensemble de facteurs qui contribue ainsi au développement croissant de cette discipline, sans compter ses effets bénéfiques sur la santé. « On constate après les séances moins de tensions articulaires et nerveuses », assure Sébastien Zacharie. Et une étude américaine récente a constaté que cela permet de lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Le tai-chi-chuan est organisé autour de deux fédérations. « Il y a eu une scission, dit Sébastien, la partie haut niveau a rejoint la Fédération française de karaté (FFKDA) ; quant aux activités traditionnelles, elles sont regroupées dans la Fédération des arts énergétiques et arts martiaux chinois (FAEMC) ». Il ne reste donc plus qu’à pousser la porte de l’un des clubs affiliés pour découvrir le tai-chi-chuan !

S’abonner à la newsletter