Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Tendance

Les gauchers sont-ils avantagés en sport ?

142002_TANK08_0370
Le nombre de gauchers dans le sport de haut niveau interpelle. Auraient-ils un avantage sur les droitiers ?

Les gauchers : surreprésentés dans le sport et dans l’art

Les gauchers, qui sont davantage des hommes que des femmes (60 % contre 40 %) et qui ne représentent que 
12 % de la population sont surreprésentés dans le sport de haut niveau et notamment dans les sports d’opposition. En boxe par exemple, au badminton (23 %), mais plus encore en escrime. On compte en effet 50 % de gauchers au fleuret. Les gauchers sont également très majoritaires en tennis de table. Sur les 41 derniers champions de France, 36 étaient gauchers. On considère qu’ils sont également très nombreux dans le domaine artistique. On retrouve ainsi nombre de gauchers parmi les grands maîtres de la peinture comme Jérôme Bosch, Léonard de Vinci, Michel-Ange, ou bien plus contemporain, Paul Klee. Mais aussi parmi les musiciens comme Jimi Hendrix, David Bowie, Paul McCartney, Bob Dylan. Enfin, leur dimension créatrice concourt à ce que de nombreux inventeurs soient gauchers comme Erno Rubik, le créateur du célèbre cube ou encore Bill Gates. On trouve également une surreprésentation chez les présidents des États-Unis, (Gerald Ford, Ronald Reagan, George W. Bush, Bill Clinton et Barack Obama étaient ou sont gauchers).

Les différences entre gauchers et droitiers

Les gauchers sont plus performants dans les sports d’opposition car, en tout premier lieu, ils sont plus habitués à jouer des droitiers, a contrario, ces derniers rencontrant plus rarement des gauchers se trouvent plus désemparés.
Ensuite, il y a une explication physiologique. La main gauche est contrôlée par l’hémisphère droit qui gère la représentation dans l’espace, l’évaluation des distances, la distinction des objets. De sorte que les gauchers voient mieux et plus vite une situation. C’est particulièrement déterminant dans les sports dits réflexe comme la boxe, l’escrime ou bien à la volée au tennis. Beaucoup de grands joueurs de volées sont gauchers comme John McEnroe ou Stefan Edberg. Car les gauchers, par leur meilleure perception visuelle de l’espace d’action, réduisent les temps de traitement de l’information. Les droitiers, dont la main est gérée par l’hémisphère gauche, ont en revanche une meilleure appréciation des longues trajectoires qui amène davantage de précision et une élaboration plus fine des actions.

De l’avantage d’être “croisé”

La latéralisation joue donc un rôle fondamental dans toutes les activités motrices. Mais en dehors d’être gaucher ou droitier, le fait d’être « homogène » ou « croisé » a aussi son importance. Explications : si la main utilisée et l’œil directeur sont du même côté, on est homogène. À l’inverse, si l’œil directeur est du côté opposé à celui de la main avec laquelle on écrit ou on manipule les objets, alors on est ce qu’on appelle croisé. Et cela peut se révèler un facteur encore plus déterminant dans le sport. En effet, parmi les 100 meilleurs joueurs de tennis du monde, 65 d’entre eux sont croisés. Dont Rafael Nadal qui joue de la main gauche (mais qui est droitier dans la vie) et Roger Federer qui est droitier. Selon le chercheur Paul Dorochenko, cité par Slate.fr, les croisés ont un meilleur coup droit qui est le coup majeur du tennis. En effet, ces derniers voient la balle avec l’œil opposé à la main qui tient la raquette, de sorte qu’ils tournent la tête vers l’impact de la balle ce qui les amène à taper la balle avec un plan de frappe plus avancé qu’un joueur homogène qui frappera plus en arrière. Un handicap certain. Ainsi, le “gaucher croisé ” en sport cumule beaucoup d’avantages. Une certaine compensation parce que le reste de la vie courante n’est pour lui qu’une suite de petits tracas dans un monde pensé par et pour les droitiers !

S’abonner à la newsletter