Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Performance

Les Olympiens d’hiver et d’été

Ils sont rares les athlètes à avoir disputé les Jeux Olympiques d’hiver et les Jeux Olympiques d’été. Et ce sera de plus en plus difficile…

Primauté des Jeux Olympiques d’été

Les Jeux Olympiques modernes sont une résurgence des Jeux antiques anciens, qui ont vu le jour dans la Grèce Antique. Ils se déroulaient à quelques pas de la mer et, suivant les épreuves, les concurrents étaient parfois nus. Si bien qu’il s’agissait de Jeux Olympiques d’été même s’ils n’en portaient pas le nom. Aussi, lorsque le Baron de Coubertin a relancé l’idée d’organiser des Jeux Olympiques, on s’est d’abord orienté sur des Jeux dit d’été. Les premiers ont eu lieu en 1896, en Grèce. Mais cette période voit l’essor des sports d’hiver comme le ski ou le patinage qui font florès dans la bonne société de l’époque. Les stations commencent à se développer. Si bien que des sports d’hiver vont d’abord trouver leur place dans les Jeux d’été. C’est ainsi que le patinage artistique figure au programme des Jeux olympiques d’été de Londres en 1908… Plusieurs membres du Comité International Olympique, dont le Suédois Viktor  Balck et l’Italien Eugenio Brunetta d’Usseaux, ont œuvré pour qu’une semaine consacrée aux sports d’hiver soit associée aux Jeux olympiques dits “d’été”. Ils sont parvenus à leur fin en 1924 avec les Jeux Olympiques de Chamonix. C’est pour cela que les Jeux d’été et d’hiver auront lieu la même année jusqu’en 1992. Depuis cette date, ils sont désormais décalés de deux années. À Chamonix en 1924, on trouve comme discipline le ski de fond, le patinage artistique et de vitesse, le hockey sur glace, le combiné nordique, le saut à ski, le bobsleigh, le curling et la patrouille militaire…

Six médaillés seulement

Les sportifs de l’époque ne sont pas vraiment spécialisés, ils pratiquent tous les sports comme le veut la tradition anglaise qui est la patrie du sport moderne. Ce sont des sportsmen… Aussi, plusieurs d’entre eux prennent part à différentes disciplines du programme olympique lors des Jeux Olympiques d’été mais bientôt également des Jeux Olympiques d’hiver. Au fur et à mesure de l’évolution du sport, de sa spécialisation, ce sera de moins en moins le cas. On compte néanmoins 136 sportifs qui ont disputé à la fois les Jeux Olympiques d’hiver et d’été. Et pour illustrer la difficulté de ce défi, seuls six d’entre eux ont été médaillés l’hiver et l’été. Dont le Suédois Gillis Grafström, qui est monté sur le podium uniquement en patinage mais au moment où cette discipline migrait de l’été à l’hiver. L’Américain Edward Eagan était boxeur l’été (1920) et bobeur en hiver (1932) ; le Norvégien Jacob Tullin Thams, sauteur à ski en hiver (1924) et skipper en été lors des Jeux de Berlin. La dernière championne en date à avoir réalisé cet exploit est la sprinteuse américaine Lauryn Williams, qui a été membre du relais 4x100m américain aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 et qui, ensuite, a obtenu la médaille d’argent en bobsleigh à deux, lors des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 avec la pilote Elana Meyers. Il y a plusieurs cas d’athlètes passés au bobsleigh, dont l’Américaine Lolo Jones, l’une des meilleures mondiales du 100m haies et qui a disputé les Jeux Olympiques de Sotchi aussi en bobsleigh. Les sportifs qui parviennent à pratiquer deux disciplines choisissent en effet des sports qui demandent des caractéristiques physiques communes. Comme pour les athlètes et les pousseurs du bobsleigh ou bien comme ceux qui s’entraînent en vélo et en patinage de vitesse. Ce qui était le cas pour l’Allemande Christa Luding-Rothenburger et la Canadienne Clara Hughes. La première a réalisé une performance unique dans l’Histoire des Jeux. Elle a en effet décroché durant les Jeux Olympiques d’hiver à Sarajevo son premier titre olympique en patinage de vitesse sur 500m. En 1988, aux Jeux Olympiques de Calgary, elle remporte son second titre olympique sur 1000m et manque pour deux centièmes le doublé sur le 500 mètres. Sept mois plus tard, aux Jeux Olympiques de Séoul, la championne Est-Allemande échoue d’un rien dans la finale du sprint de vélo sur piste face à la Soviétique Erika Salumäe, mais s’adjuge la médaille d’argent.  Ce genre de performance devient de plus en plus difficile à réaliser avec la professionnalisation des disciplines. Il reste une opportunité avec l’apparition de nouvelles disciplines olympiques qui sont parfois jumelles. On pense au skateboard, au surf, au snowboard… Mais là encore, cela nécessite tellement d’exigence d’entraînement et de préparation spécifique que cet idéal de sportsmen et de sportswomen tel que l’avait imaginé la société anglaise du XIXe est révolu.

S’abonner à la newsletter