Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Nutrition

Les produits laitiers : aliments bénéfiques pour le sportif ?

x4ga7-527.jpg
Les bienfaits du lait sont souvent remis en cause. Pour certains scientifiques et médecins, les produits laitiers ne seraient peut-être pas aussi bons pour la santé, et donc pour le sport.

Les produits laitiers, une consommation récente

Contrairement à une idée reçue, la consommation de lait est une idée neuve. L’homme ne boit du lait que depuis peu de temps : depuis 8000 ou 9000 ans, moment où il a commencé l’élevage. L’organisme humain n’est donc pas conçu à l’origine pour la consommation de lait. Longtemps, on l’a absorbé sous forme de beurre et de fromage, avant qu’à la fin du XIXe siècle et début du XXe siècle, on ne développe les procédés de pasteurisation. Et c’est vraiment après la seconde guerre mondiale que le lait est devenu un aliment de base de l’alimentation. C’est alors que s’est imposée l’idée que les produits laitiers étaient bons pour la santé, idée largement diffusée par la publicité : si le lait est bon pour la santé, alors il l’est forcément pour les sportifs, qui sont très souvent sollicités pour le promouvoir. Toutefois on peut se demander pourquoi l’homme est le seul mammifère à continuer à boire du lait après le sevrage. Car aujourd’hui beaucoup de questions se posent sur les bienfaits des produits laitiers.

Par forcément bon pour les os

Par exemple, l’un des principaux arguments avancés jusqu’à présent en faveur des laitages était leur apport en calcium. Et notamment pour la calcification des os, très recherchée par les sportifs. L’Organisation Mondiale de la Santé a cependant révélé que les pays qui consomment le plus de lait, c’est-à-dire les pays nordiques et l’Australie, sont également ceux qui souffrent le plus d’ostéoporose et de fragilité osseuse. Alors que ceux qui traditionnellement ne boivent pas de lait, comme les pays asiatiques, recensent très peu de fractures du col du fémur, un marqueur de l’ostéoporose. On sait également que plus de la moitié de la population digère plus ou moins bien le lait. Surtout les laits industriels stérilisés à ultra haute température (UHT). Ce procédé dégrade la structure des protéines en les rendant inassimilables par l’organisme. En plus, ce lait peut contenir des traces résiduelles d’antibiotiques et de pesticides. Le lait pourrait également être à l’origine de nombreuses allergies, ce qui perturbe la pratique du sport. Sans parler des controverses autour du diabète et du cancer de la prostate. C’est pourquoi, face à ces interrogations, certains nutritionnistes commencent à demander aux sportifs de réduire leur consommation de produits laitiers.

Effort physique et lait, la bonne combinaison ?

Le lait permet en effet de contrer l’acidité de certains aliments ou celle produite par l’activité physique. Après un entraînement difficile ou une séance de musculation, il est nécessaire de prendre des protéines dont le lait est riche. Particulièrement bien assimilé à ce moment là, le lait participe à la reconstruction musculaire. Les coureurs kenyans, avec le succès qu’on leur connaît, prennent depuis toujours une grande tasse de thé au lait en revenant de leur rude entraînement matinal, pour restaurer leurs forces.
Le lait, à consommer avec modération ? Il faut surtout cesser de croire aux idées reçues comme celle qui consiste à penser que l’Homme devient allergique aux protéines de lait à l’âge adulte. En réalité c’est l’enzyme en charge de la digestion du lactose qui diminue, sans pour autant disparaître.

S’abonner à la newsletter