Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Nutrition

Santé : 5 questions sur les compléments alimentaires

shutterstock_95252176
Les compléments alimentaires sont actuellement très contestés en raison de leur utilité très discutable et de leur dangerosité.  

1. Les compléments alimentaires sont-ils bénéfiques pour des personnes en bonne santé ?

NON. L’agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (ANSES) est très claire. “Pour une grande majorité de la population, une alimentation équilibrée permet d’apporter l’essentiel des nutriments nécessaires pour couvrir les besoins nutritionnels.” Si l’on mange normalement, on n’a absolument pas besoin de prendre des compléments alimentaires. L’alimentation couvre tous les besoins du corps.

2. Y a-t-il des populations qui en ont quand même besoin ?

OUI. L’ANSES estime que “les déficits et les carences en nutriments sont très rares au sein de la population et concernent des groupes particuliers de la population comme les femmes enceintes, les personnes âgées, les populations en situation de grande précarité.”

3. Les compléments alimentaires aident-ils à faire du sport ?

NON. Aucune étude scientifique n’a démontré une quelconque amélioration de la performance grâce aux compléments alimentaires chez un athlète n’étant pas en déficit nutritionnel c’est-à-dire en carence de magnésium, de fer… L’American dietetic association, de même que ses voisins, les diététiciens canadiens, et l’American college of sports medicine considèrent que pour l’activité physique et les performances athlétiques, les besoins sont couverts par une nutrition optimale. On reconnaît néanmoins la nécessité, après un effort long et intense, d’absorber une boisson énergétique avec des glucides ou des sels minéraux. Il convient également de manger des protéines après un tel effort. Les Kenyans, après leur entraînement du matin, prennent, par exemple, un thé sucré au lait. On considère aussi qu’après une grosse séance de musculation il faut absorber des protéines. On estime la quantité nécessaire à 1 gramme par kilo et par jour de protéine pour un adulte et 1,8 gramme pour un sportif de haut niveau. Or, il n’est pas toujours aisé de manger un poulet en sortant de la salle de sports ! Dans ce cas, les sportifs de haut niveau prennent alors des protéines en compléments.

4. Les compléments alimentaires peuvent-ils être dangereux ?

OUI. Les compléments alimentaires ne sont pas anodins. Des scientifiques suédois ont étudié la relation entre la supplémentation en acide ascorbique (vitamine C) et la survenue de calculs rénaux. Leur étude a porté sur plus de 20 000 hommes âgés de 45 à 79 ans. Ils ont constaté un doublement du risque de calculs rénaux en cas de prise quotidienne de suppléments de vitamine C. Prenons également l’exemple de la créatine utilisée par un certain nombre de sportifs. Il est connu qu’elle n’améliore pas la puissance musculaire. Le besoin de créatine est de l’ordre de deux grammes par jour. L’alimentation quotidienne les apporte largement. En prendre en plus n’apporte rien, cela provoque une augmentation de poids liée à la rétention d’eau. On peut également trouver dans certaines préparations de créatine des impuretés qui contiennent des métaux lourds, des pesticides… Dans tous les cas, la consommation doit être soumise à un professionnel de santé.

5. Pourquoi alors de nombreuses personnes consomment des compléments alimentaires ?

On considère qu’un Français sur cinq fait usage de compléments alimentaires. Une proportion énorme au regard de leur manque d’efficacité. En effet, la parole de médecins qui mettent en garde contre la consommation de compléments alimentaires n’est pas audible à côté du matraquage publicitaire et le poids du marketing des laboratoires. L’autorité européenne de sécurité des aliments avait sollicité il y a quelques temps ces laboratoires afin qu’ils lui fassent parvenir les allégations nutritionnelles, c’est-à-dire les effets que sont censés développer les compléments alimentaires qu’ils commercialisent et qu’ils affichent sur leurs étiquettes. Ces derniers en ont envoyé 40 000. La Commission et ses experts scientifiques en ont validé à peine plus de 200…

 

S’abonner à la newsletter