Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à des solutions utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Si vous souhaitez en savoir plus ou refuser les cookies et les paramétrer, cliquez ici.

X
Nutrition

Sport et alimentation : combattez les idées reçues ! 


shutterstock_200320898
Être en forme, perdre du poids, se donner un coup de fouet... Pour y parvenir, les sportifs n'hésitent pas à recourir à certains rituels pour leur alimentation qui sont en réalité autant de faux amis ! En voici quelques-uns, listés avec le concours du docteur Hervé Auquier, médecin du sport.

Courir à jeun pour éliminer les graisses ?

L’avis du doc : les graisses s’éliminent surtout en-dessous de 30 % de la VO2max(1).
On sait que les efforts réalisés à faible intensité utilisent comme carburant les acides gras (graisses), tandis que les efforts plus intenses utilisent le glycogène musculaire (sucres). En courant le matin à jeun, le sportif espère « piocher » davantage dans les « réserves » d’acides gras et ainsi optimiser la perte de masse grasse. Mais la réalité physiologique n’est pas aussi simple. Si les graisses du corps sont mobilisées lors d’efforts modérés, c’est surtout vrai en-dessous de 30 % de la VO2max, ce qui correspond, pour un homme de 20 ans, à environ 60 pulsations par minute. À ce rythme, ce n’est plus de la course, mais de la marche… Au-delà de 30 %, l’organisme commence à piocher dans les réserves de sucre, jusqu’à ne plus utiliser du tout les acides gras à 60 % de la VO2max.

Manger des carrés de sucre avant un long effort

L’avis du doc : seulement à la mi-temps.
Le sucre est le carburant n°1 lors d’efforts intenses. Le muscle trouve ses réserves de sucre en son sein, mais aussi dans le sang. Ce dernier provient soit du foie, soit de l’alimentation. Ainsi, lors d’efforts prolongés comme un match, il est logique d’absorber des sucres, afin de retarder la fatigue. Seulement voilà, le sucre de cuisine (saccharose = glucose + fructose) augmente rapidement le taux de sucre dans le sang. Il peut ainsi entraîner une hausse rapide d’insuline, qui risque de provoquer une hypoglycémie réactionnelle ! Cependant, ce phénomène n’est pas immédiat, et peut attendre généralement 45 minutes avant de se déclarer. Les carrés de sucre (pas plus de 3) sont donc utiles pour le muscle, mais à condition de les manger à la mi-temps, pas en début de match.

Courir avec un K-way pour transpirer et perdre du poids


L’avis du doc : inefficace et dangereux. 

Premièrement, la sueur est constituée d’eau et d’oligo-éléments. On n’y retrouve pas une trace de graisse ! Deuxièmement, la transpiration permet de réguler la température corporelle à l’effort. En effet, l’énergie produite par un muscle génère 20 % de travail et 80 % de chaleur. Afin d’éviter une hausse de température, le corps transpire pour évacuer le surcroît de chaleur. Cette perte en eau entraîne certes une perte de poids*, mais qui sera très vite compensée par une réhydratation nécessaire après l’effort. Que se passe t-il si l’on met un K-way ? Il va augmenter la température autour du corps et diminuer le phénomène d’échange de chaleur au niveau de la peau, et ce, en diminuant l’évaporation. Le corps va réagir en augmentant la sudation, mais de manière inefficace. Dès lors, il y a risque à la fois d’augmentation dangereuse de la température corporelle (coup de chaud) et de déshydratation !

Le régime sans gluten, révélation pour les sportifs?

(1)La VO2max ou consommation maximale d’oxygène est le volume maximal d’oxygène – en fait du dioxygène – qu’un sujet humain peut consommer par unité de temps lors d’un exercice dynamique aérobie maximal.

*Les résultats peuvent varier d’un individu à un autre

BANDEAU - Vestiaire-2

S’abonner à la newsletter